La façade Atlantique se prépare au pire pour dimanche

J. C. avec AFP

— 

De fortes vagues touchent le littoral à Biarritz le 1er février 2014.
De fortes vagues touchent le littoral à Biarritz le 1er février 2014. — GAIZKA IROZ / AFP

Après une première grande marée sans dégâts majeurs, la façade atlantique retenait son souffle samedi dans l'attente, en début de soirée, d'une pleine mer à haut risque conjuguant coefficient de marée élevé, forte houle et vagues géantes. Tour d’horizon de la situation sur un littoral déjà bien fragilisé.

Charente-Maritime et Finistère restent en alerte

«Le plus dur est passé», soufflait samedi Lionel Quillet, maire de Loix, sur l'île de Ré (Charente-Maritime), où deux millions d'euros de travaux d'urgence avaient été menés pour consolider les digues de secteurs malmenés par les intempéries fin décembre et traumatisés par la tempête Xynthia de 2010. Mais «nous restons en alerte», dans l'attente de la prochaine haute mer, a-t-il ajouté.

Un épisode «sèvère» de forte houle de nord-ouest, avec des vagues de 8 m «en moyenne», est prévu sur le littoral entre le Mont-Saint-Michel et la Vendée. Un cocktail susceptible de provoquer «des événements un peu inquiétants», a prévenu Françoise Souliman, préfète déléguée de la zone de Défense et de sécurité Ouest, lors d'une conférence de presse à Rennes. Principale préoccupation: le nord-Finistère et l'ouest des Côtes d'Armor, des terres déjà endommagées par le passage de la tempête Dirk de Noël dernier.

Grande vigilance en Gironde

La préfecture de la Gironde appelle également «à la plus grande vigilance, notamment sur le littoral, en raison du phénomène de houle importante». A la pointe du Cap Ferret, au moins 50 m d'une digue de sable se sont effondrés dans la mer samedi après-midi, sous l'effet de la houle et de la marée, a-t-on appris auprès des gendarmes, qui précisent qu'aucune habitation n'est menacée.

A Soulac-sur-Mer (Gironde), où se trouve l'immeuble de quatre étages Le Signal, devenu un symbole de l'érosion du littoral, tant il est désormais à flanc de falaise, «la mer est montée, mais il n'y a pas eu de vent ni de surcôte», a rapporté Yves Hérault, des services techniques de la mairie. Samedi soir, en revanche, avec un coefficient de marée de 114 et des vents de 100, à 120 km/h, il y aura de l'érosion. Mais le Signal, dont les derniers habitants ont reçu l'ordre de partir, «ne tombera pas! Nous avons des engins qui remettent du sable après chaque marée», a martelé Yves Hérault.

Point critique dans les Landes dimanche

Dans les Landes, on annonce des vagues «de 4 à 5 m» depuis 18 h samedi. «Le point critique se situera (dimanche) matin», avec de «possibles vagues de 7 à 8 m» et un éventuel phénomène de «type mascaret» à Vieux-Boucau et Mimizan, selon la préfecture.

Risque d’inondation dans cinq départements

Cinq départements sont également en vigilance orange par crainte de débordement des fleuves et des rivières (Finistère, Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques). Le phénomène est finalement resté limité samedi matin.