La France doit faire plus pour favoriser le travail des seniors, selon l’OCDE

EMPLOI En 2012, 44,5% des 55-64 ans travaillaient. C’est moins que la moyenne nationale...

avec AFP

— 

Illustration Pôle Emploi.
Illustration Pôle Emploi. — P. MAGNIEN/20 MINUTES

La France, où l'emploi des seniors «reste en dessous des moyennes internationales», doit prendre des mesures pour le promouvoir, estime l'OCDE dans une étude publiée ce jeudi.

Si le taux d'emploi des 55-59 ans a bien progressé en France (67% en 2012), dépassant même la moyenne européenne (63%), ce n'est pas le cas pour les 55-64 ans, note l'OCDE: en 2012, 44,5% avaient un emploi contre en moyenne 48% en Europe et 54% dans l'OCDE.

Chômage de longue durée

Entre 2008 et 2011, seuls 55% des seniors sont passés directement de l'emploi à la retraite, les autres ayant connu des périodes de chômage souvent de longue durée, souligne cette organisation. Une tendance confirmée par les derniers chiffres du chômage: le nombre d'inscrits à Pôle Emploi de plus de 50 ans et sans aucune activité a augmenté de 12,3% entre décembre 2012 et décembre 2013.

L'OCDE propose donc de «renforcer les incitations pour travailler plus longtemps», de lever les «obstacles au recrutement et au maintien dans l'emploi des seniors» et d'améliorer «l'employabilité des seniors».

Le chômage «trop souvent considéré comme une préretraite»

Alors que les partenaires sociaux négocient actuellement les conditions d'indemnisation des chômeurs, l'OCDE suggère d'aligner la durée d'indemnisation des seniors en France (3 ans maximum à partir de 50 ans) sur celle des moins de 50 ans (2 ans) et d'utiliser les économies dégagées pour mieux accompagner les chômeurs âgés vers l'emploi.

Cette période de chômage, «surtout à partir de 58 ans, est encore trop souvent considérée comme une préretraite déguisée par les travailleurs, les employeurs et la société», relève-t-elle.