Le Fort de Brégançon sera ouvert au public cet été

E.O. avec AFP

— 

Vue aérienne du fort de Brégançon, dans le Var. Photo prise le 30 juillet 2012.
Vue aérienne du fort de Brégançon, dans le Var. Photo prise le 30 juillet 2012. — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Finis, les clichés de présidents pris sur la plage. Le Fort de Brégançon dans le Var, résidence présidentielle depuis 1968, sera ouvert au public fin juin, l'Elysée ayant confié au Centre des Monuments nationaux la gestion du site, a annoncé Philippe Bélaval, président du CMN.

>> Le fort de Brégançon comme si vous y étiez

«Il s'agira d'une ouverture expérimentale pour quelques mois, jusqu'à la Toussaint. C'est un monument complexe car très enclavé», a indiqué Philippe Bélaval à quelques journalistes.

«L'occasion d'entrer dans l'intimité des chefs d'Etat»

Situé sur une presqu'île rocheuse surplombant la Méditerranée, le fort n'est accessible que par une route qui traverse une propriété privée. «Il faut étudier la mise en place d'un dispositif de navettes et la création d'un parking distant», a-t-il souligné. Des contacts ont été pris avec la commune de Bormes-les-Mimosas, sur laquelle se trouve le fort.

«Le site est très beau. Pour les visiteurs, ce sera l'occasion d'entrer dans l'intimité des chefs d'Etat» de la Vè République, a-t-il ajouté. Mais le monument ne pourra pas accueillir plus de 150 personnes à la fois.

Pour étoffer la visite, le CMN compte montrer des films, des photos des chefs d'Etat en vacances ou recevant des personnalités dans ce fort.

Premières vacances du président Hollande

L'Elysée avait annoncé en octobre sa décision de confier la gestion du Fort de Bregançon au CMN en vue de son ouverture au public. La présidence a conservé la possibilité d'en avoir ponctuellement l'usage.

Le fort varois, où François Hollande avait passé ses premières vacances de président en 2012, lui a laissé un mauvais souvenir. Il avait été critiqué pour avoir pris deux semaines de pause. Sa compagne d'alors, Valérie Trierweiler, s'était sentie harcelée par les paparazzis.

Le Général de Gaulle a été à l'origine de la transformation du fort en résidence présidentielle. Le 25 août 1964, venu présider les cérémonies du 20e anniversaire du débarquement allié en Provence, il avait couché à Brégançon, hâtivement aménagé pour la circonstance.