Théorie du genre: Vincent Peillon écrit aux directeurs d'écoles pour contrer la rumeur

SOCIETE Le ministre de l'Education nationale appelle les chefs d'établissement à dialoguer avec les parents qui retirent leurs enfants de l'école...

A.Ch.

— 

Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014.
Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014. — BEBERT BRUNO/SIPA

Rassurer et rappeler les règles de l’école républicaine: le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a adressé ce mercredi soir une lettre aux directeurs d’écoles pour leur demander de se montrer fermes contre les parents qui retireraient leurs enfants comme les y incite la campagne «Jour de retrait de l’école» pour protester contre le supposé enseignement de la théorie du genre.

«Informer les parents de la réalité des programmes»

Le ministre rappelle que «ces mouvements diffusent à grande échelle des mensonges et des rumeurs afin d’affoler les parents»: les ateliers prévus dans le cadre des «ABCD de l’égalité» expérimentés par l’Education nationale dans plusieurs académies, visant à déconstruire les stéréotypes dès le plus jeune âge, sont ainsi suspectés de vouloir par exemple enseigner aux enfants à se masturber en classe de maternelle. «Face à ces actions inadmissibles, il est nécessaire d’une part de rassurer les parents d’élèves (…) et d’autre part de rappeler fermement les règles de l’école républicaine», écrit Vincent Peillon, qui appelle les chefs d’établissement à «tout mettre en œuvre pour informer les parents de la réalité des programmes et des contenus des enseignements sur ces sujets».

Dans le cas où des absences d’élèves «pour ces motifs» se produiraient, le ministre demande aux établissements scolaires d’organiser «une rencontre avec les parents afin de leur rappeler l’importance de la transmission, par l’école, des valeurs de la République et notamment de l’égalité entre les filles et les garçons». Vincent Peillon leur demande également «d’insister sur l’obligation d’assiduité scolaire», rappelant que les absences «injustifiées sont nuisibles à la réussite scolaire de leurs enfants».