Protéger son audition: Mieux vaut prévenir car on ne peut pas guérir

SANTE L’audition doit être surveillée de près dès le plus jeune âge car les dommages causés sont souvent irréversibles…

Bertrand de Volontat

— 

Portrait d'un homme tendant l'oreille.
Portrait d'un homme tendant l'oreille. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Un Français sur deux ne fait jamais évaluer son audition alors qu’un enfant sur 1.000 et un adulte sur 10 est touché par des troubles de l'audition. Or, «Un traumatisme sonore est vite arrivé», analyse Dimitri Secondé, audioprothésiste et spécialiste en correction auditive au centre Audika, interviewé ce lundi. A l’occasion de la semaine du son, 20 Minutes fait le point sur les signaux d’alerte et les gestes de prévention afin d’éviter toute lésion auditive.

Y a-t-il des règles à respecter ?  «85 décibels est la limite sonore à ne pas dépasser, en se limitant à huit heures d’affilée, précise l’audioprothésiste. Dès 88 décibels, il faut compter 4 heures maximum, et à 104, pas plus d’une minute.» Selon une étude britannique, 39% des jeunes de 18 à 24 ans écoutent de la musique à un volume allant jusqu’à 105 décibels pendant au moins une heure. Un simple ampli de guitare électrique approche rapidement les 100 db. Une exposition sonore permanente entraîne un risque de surdité dans les cinq années qui suivent.

Pourquoi le dépistage ne s’est pas encore vulgarisé ?  «Nous avons du retard et très peu d’études sont réalisées, concède Dimitri Secondé, audioprothésiste. Depuis dix ans, les Français commencent à être sensibilisés au danger mais «le grand public n’a pas conscience du côté irréversible.»

La présence de l’électronique dans notre quotidien est-elle un problème ?  «Le smartphone a accru la durée d’écoute.» Mais l’idéal reste de ne pas dépasser quatre heures d’écoute par jour. Les constructeurs eux sont censés respecter une limite de 100 décibels pour le volume de leurs produits. Point positif, les casques sont eux de mieux en mieux isolés. «Sur du mauvais matériel, nous avons tendance à augmenter le volume», explique le spécialiste.

Quand faut-il s’inquiéter ?  Vous devez éviter de ressentir une douleur dans votre oreille. Pour deux heures de concert, il faut respecter une demi-heure de pause. Et s’arrêter dès que vous avez une sensation d’oreille bouchée. Si le lendemain, huit heures après le concert ou votre soirée, vous avez encore des acouphènes, allez consulter votre ORL. «Les acouphènes, ça ne s’appareille pas.»

Quels sont les gestes ?  La seule solution, c’est la prévention. Ensuite, il faut accepter de porter des boules Quiès dans les lieux de nuisance sonore. Pour ceux qui ne les supportent pas, il existe des appareils spécialisés de protection auditive dont les prix vont de 15 à 150 euros pour un moulage en silicone sur mesure. Un prix abordable, «quand on sait que les jeunes mettent trois cent euros dans un casque».