Après une formation professionnelle, «j’ai rapidement trouvé un meilleur travail, ailleurs»

Cédric Garrofé

— 

Illustration de formation professionnelle
Illustration de formation professionnelle — VALINCO // SIPA

Parfois méconnue des salariés, la formation professionnelle permet d’acquérir des compétences supplémentaires sur son temps de travail dans le but de progresser, de se réorienter ou de booster sa carrière.

Alors qu'un projet de loi visant à réformer l’accès du salarié à ces formations est examiné mercredi en conseil des ministres, des internautes racontent quels intérêts ils ont pu en tirer pour leur carrière.
 

«Convaincre mon employeur n’a pas été simple»

«Pendant plusieurs années j’ai travaillé par défaut dans la grande distribution. J'ai toujours voulu exercer dans la comptabilité, j'avais même un bac pro, mais sans expérience, les entreprises refusaient de me donner ma chance» raconte Stéphanie, une Nantaise de 41 ans.
 
Son échappatoire, elle va le trouver grâce à un congé individuel de formation (CIF) dans la compta, demandé courageusement auprès de son employeur.   
 
«J’ai réussi à le convaincre difficilement car il se doutait que je m’en servirai pour quitter l’entreprise. Et il avait raison.»
 
Cette période à faire ce qu'elle aime, loin de son entreprise, est une confirmation. La grande distribution, pour Stéphanie, c'est fini.
 

«J’ai quitté mon entreprise pour un meilleur travail, ailleurs»

«Je n’avais plus de doute. Dès mon retour dans l’entreprise, ce n'était plus possible de continuer. Ne voulant pas démissionner, j’ai opté pour un congé parental.»
 
Stéphanie en profite pour tester sa formation en traitant des petits dossiers administratifs pour des artisans locaux. Des petites expériences qui enrichissent son CV et qui la pousse à se remettre en recherche active d'un travail, cette fois dans son secteur préférentiel.
 
«Avec le congé individuel de formation et les petits contrats signés, mon profil était devenu bien plus intéressant. J’ai rapidement quitté mon entreprise pour un meilleur travail, ailleurs, en adéquation avec ce que je voulais vraiment faire.»
 
Stéphanie est aujourd’hui une secrétaire comptable heureuse. Elle exerce ses talents pour une petite entreprise de travaux publics en Loire-Atlantique.
 

«J’ai été trahie» 

Après un licenciement économique, Patricia a opté pour un «CSP», un contrat de sécurisation professionnelle qui vise à organiser le «déroulement d’un parcours» de retour à l’emploi.
 
«Dans le cadre d'une reconversion, pour être «formateur consultant» j'ai opté pour cette formation sanctionnée par un diplôme, et prise en charge par Pôle emploi»
 
Une fois engagée, les premières surprises commencent pour cette femme de 57 ans, domiciliée au pays basque.
 
«Dès le premier jour de la formation, le responsable nous a fait signer la totalité des feuilles d’émargement, ceci pour "faciliter le traitement administratif" de nos dossiers.»
 
Un «abus de confiance» qui n'est pas sans conséquences. «La période d’apprentissage devait durer six mois, et inclure un stage de quatre mois en entreprise. Finalement, tout s’est arrêté en février, au lieu de juillet.»
 

«Un certificat obtenu sans valeur»

Sa formation écourtée et «officiellement» terminée, Patricia prend rendez-vous auprès de l’organisme formateur pour retirer le diplôme qui l’avait motivé dans son choix.
 
«Ils ont d’abord refusé de me le donner, alors même que le contenu détaillé de la formation le promettait. J’ai du me battre pour obtenir un simple certificat - non daté - sans grande valeur.»
 
«Les conseillers de Pôle emploi m’ont dit qu’il ne fallait pas faire de vague.» Sa formation a coûté à Patricia l'intégralité de son indemnité de préavis et son droit individuel à la formation (DIF) auprès de Pôle Emploi.
 
Elle est toujours en recherche active de travail.
 
>> Vous avez bénéficié de formations? Comment les avez-vous choisies? Vous ont-elles permis de progresser dans votre carrière? De vous réorienter? La réforme de la formation va-t-elle vous inciter à davantage vous former? 
 
Continuez à réagir dans les commentaires ci-dessous...