Supplique au pape de jeunes catholiques français

SOCIETE Ils souhaitent exprimer «leur profond malaise»...

avec AFP

— 

Le Pape François le 24 juillet 2013.
 
Le Pape François le 24 juillet 2013.   — GALAZKA/SIPA

Près de 99.000 jeunes catholiques de France ont signé une supplique adressée au pape François faisant état de leur «profond malaise» sur différents sujets sociétaux, à l'occasion de la visite au Vatican du président François Hollande, le 24 janvier.

Dans cette lettre, mise en ligne il y a quelques jours sur le site de pétitions Citizen Go, les signataires font part de «l'inquiétude grandissante de nombreux catholiques de France face à la promotion par son gouvernement d'atteintes majeures aux droits fondamentaux de la personne humaine».

Ils évoquent la loi Taubira sur «le mariage pour tous» qui, selon eux, «prive délibérément l'enfant de son droit élémentaire à avoir un père et une mère et qui ouvre la voie à la marchandisation du corps humain», mais aussi la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui), la recherche sur l'embryon humain, l'euthanasie, la question du genre.

«Hypocrisie totale» des pouvoirs publics

La pétition qui vise à recueillir 100.000 signatures, en avait recueilli 98.599 mardi soir. Les jeunes catholiques y dénoncent aussi «une campagne médiatique de dénigrement d'une rare violence», ou la multiplication des «profanations d'églises», regrettant qu'«aucun membre du gouvernement n'a jugé utile de les condamner».

Les signataires demandent au pape de «trouver, mieux que nous, les mots pour exprimer notre malaise sur l'ensemble des sujets évoqués... et de bien vouloir faire officiellement état à Monsieur François Hollande de la terrible inquiétude de nombreux catholiques de France».

De son côté, l'hebdomadaire Le Pèlerin critique «l'hypocrisie totale» des pouvoirs publics quand «ils affirment que l'instauration de la GPA n'est pas d'actualité», mais «ne font rien pour empêcher et sanctionner ces pratiques».

Selon l'hebdomadaire, «au printemps dernier, une clinique privée de l'Illinois (Etats-Unis), a réuni plusieurs clients potentiels dans un grand hôtel parisien pour proposer ses services» de gestation pour autrui. Plus récemment, ajoute Le Pélerin, une entreprise californienne proposait un «catalogue» de quelque 2.000 femmes susceptibles de porter un enfant pour un tarif d'environ 73.000 euros.