Le mystérieux collectif «Jour de colère» contre Hollande, de Dieudonné à Civitas

avec AFP

— 

Capture d'écran du profil Facebook «Jour de colère»
Capture d'écran du profil Facebook «Jour de colère» — Capture d'écran page Facebook «Jour de Colère»

Un mystérieux collectif, «Jour de colère», appelle à manifester à Paris le 26 janvier pour «coaguler» les «colères» face à l'action de François Hollande, ce qui séduit aussi bien Dieudonné que des intégristes catholiques ou des militants du FN.

«Jour de Colère est l'expression d'une prise de conscience de la société civile face à une action gouvernementale délétère qui nous mène droit vers l'abîme», explique le manifeste de ce mouvement.

«Le 26 janvier sera jour de colère pour tous les Français victimes de la Hollandie», est-il expliqué sur le site de ce mouvement. Le rendez-vous est fixé à 14h pour marcher de Bastille à Opéra.

Les manifestants défileront derrière une banderole «Français en colère, Hollande dégage», explique à l'AFP Achille, l'un des responsables du collectif, sous couvert d'anonymat.

Anonymat

A Opéra, des anonymes «qui ont un travail» défileront sur un podium pour témoigner des raisons de leur colère contre le gouvernement.

A l'origine de cet appel à manifester, on trouve quelques anonymes qui mobilisent sur les réseaux sociaux. «Cela fait trois mois et demi que nous préparons cette manifestation», explique Achille. «Nous ne sommes pas des militants. Nous sommes avec des étudiants, des proches, nous sommes une vingtaine», dit-il.

Le mot d'ordre a séduit un aréopage d'associations et communautés très diverses. Des comités de bonnets rouges, le «Printemps français», Civitas et des associations de droite ont appelé à manifester.

«Dans le contexte général, en tant que +catholiques en colère+, nous nous sentons en phase avec ce collectif dont les animateurs cherchent à conserver l'anonymat», a dit à l'AFP Alain Escada, président de l'institut Civitas proche des catholiques intégristes.

«Résistance à tout ce qui est immoral, antifamilial»

«Nous soutenons la résistance à tout ce qui est immoral, antifamilial, et nous formons l'espoir de constater une ‘coagulation’ de toutes les forces distinctes qui participent à ce jour de colère, au-delà du mouvement de la droite catholique, des corporations professionnelles, à certaines sections des bonnets rouges», a-t-il ajouté.

Plus étonnant, l'humoriste polémiste Dieudonné a appelé ses fans à se joindre à la manifestation dans un message posté sur Facebook le 12 janvier. «Et ne vous fiez pas aux rumeurs comme quoi la manif serait anti-islam ! c'est faux !», est-il écrit.

Si le FN n'a pas appelé à manifester au niveau national, des fédérations départementales, comme celle du Vaucluse, s'organisent pour mobiliser.

La venue de Dieudonné fait grincer des dents. L'association anti-islam Résistance républicaine a décidé de ne plus participer à cette manifestation, alors qu'elle avait souhaité dans un premier temps le faire. «Il n'est pas pensable que nous manifestions aux côtés de gens qui veulent islamiser la France et y imposer, pour une partie d'entre eux, la charia», a expliqué la présidente Christine Tasin à l'AFP.

Sur Facebook, quelque 25.000 personnes ont déclaré vouloir participer à la manifestation. Selon les organisateurs, une soixantaine de cars sont déjà mobilisés pour acheminer des manifestants à Paris.