Vitesse sur les routes secondaires: «Manuel Valls a eu une idée peu réaliste»

VOTRE AVIS Les internautes de «20 Minutes» commentent le souhait de Manuel Valls de réduire la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires...

Christine Laemmel

— 

NICOLAS JOSE/SIPA

Pour 86% des internautes de 20 Minutes, la limitation actuelle de 90km/h est suffisante. Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, entend cependant aller plus loin sur le réseau routier secondaire. Il a évoqué ce matin sur BFM TV l’éventualité d’une expérimentation à 80km/h. Les internautes n’ont pas tardé à réagir. Réticents, mais pas complètement hostiles.

>> Répondez à notre sondage: Êtes-vous favorable à une baisse de la vitesse à 80km/h sur les routes secondaires?

>> VOTRE AVIS - Seriez-vous prêt à rouler 10km/h moins vite sur les routes secondaires? Que changerait cette diminution dans votre comportement de conducteur? Continuez à réagir dans les commentaires ou écrivez-nous à contribution@20minutes.fr.   

«Quand on respecte le code de la route actuel, écrit Secif, on n'est pas dangereux.» A 90km/h, mais «en respectant les distances de sécurité, détaille Guy, et en adaptant sa vitesse au trafic et aux conditions atmosphériques».

Pour DrKoin, Manuel Valls a eu une idée «peu réaliste» qui risquerait même d’aggraver les risques sur les routes. «Sur les routes limitées à 90, les rares personnes respectant la limitation "agacent" ceux qui voudraient bien aller un peu plus vite. Alors, baisser de 90 à 80 km/h ne fera qu'énerver encore plus de monde, rajoutant à la liste des irrespectueux ceux qui toléraient 90 mais boufferont leur volant de "traîner" derrière des conducteurs à 80.»

«Dans un même département, certaines routes le méritent, pas les autres»

Même constat pour Nicole qui, elle, pointe l’allongement de la durée du trajet. «Je fais régulièrement 500km pour me rendre dans ma maison de campagne, raconte cette internaute. Je mets déjà 7h30 à 90 km/h. Il me faudra presque une heure de plus. Où est la sécurité quand la fatigue est plus grande?»

Contrariés par principe, les internautes ne sont en fait pas foncièrement opposés à la réduction de la vitesse. Tant que la mesure est appliquée avec un minimum de logique. «Dans un même département, certaines routes le méritent, pas les autres», résume Alain.

Anne-Sophie emprunte souvent la nationale entre Nevers et Bourges. «C’est une ligne droite pendant des dizaines de kilomètres, décrit cette internaute. Je ne dis pas que ce n’est pas dangereux, mais il est déjà très difficile de ne pas dépasser 90 km/h sur une telle route.» Les disparités de fréquentation sont à prendre en compte, pour ne pas «abaisser bêtement la vitesse sur toutes les routes secondaires», poursuit-elle, «mais seulement sur les tronçons dangereux, virages par exemple».

«Autour des grandes agglomérations, développe un autre, il est très difficile d’atteindre les 60-70 km/h pour cause de circulation, de panneaux stop et de feux rouges. Sur le plateau de Millevaches, [dans le Limousin], il passe trois voitures par jour.»