Nicolas Anelka mis en accusation pour sa «quenelle»

© 2014 AFP

— 

Le footballeur français Nicolas Anelka a été mis en accusation mardi par la Fédération anglaise (FA) pour une "quenelle" considérée par certains comme un geste antisémite, et encourt désormais une lourde suspension.
Le footballeur français Nicolas Anelka a été mis en accusation mardi par la Fédération anglaise (FA) pour une "quenelle" considérée par certains comme un geste antisémite, et encourt désormais une lourde suspension. — Ian Kington AFP

Le footballeur français Nicolas Anelka a été mis en accusation par la Fédération anglaise (FA) pour avoir célébré un but par une «quenelle», geste considéré par certains comme étant antisémite, a-t-on appris auprès de la Fédération.

Anelka, 34 ans, avait déclenché une tempête médiatique en célébrant le 28 décembre un but face à West Ham par une «quenelle» - un bras tendu vers le bas, l'autre bras replié touchant l'épaule -. Il a nié être antisémite, évoquant un «geste anti-système».

Anelka a désormais jusqu'à jeudi 19h00 pour accepter ou contester cette mise en accusation. En fonction de sa décision, la Fédération annoncera ensuite une éventuelle sanction.

L'ex-international français risque une suspension d'au moins cinq matches, selon le nouveau règlement anti-discrimination de la FA introduit en mai dernier.

Lundi, le sponsor maillot de West Bromwich, Zoopla, a annoncé mettre un terme à son contrat avec le club de Premier League en fin de saison après le geste controversé d'Anelka.

Ce geste fait grande polémique en France mais a aussi traversé la Manche, sans que cela n'empêche le Français de continuer à jouer, comme ça a encore été le cas lundi soir.

L'ancien international avait nié sur son compte Twitter toute connotation politique ou religieuse et avait expliqué qu'il s'agissait d'un geste «anti-système», une «dédicace à Dieudonné», et qu'il n'était lui-même «bien sûr ni antisémite ni raciste».

Inventé par Dieudonné, un humoriste français controversé et condamné à plusieurs reprises par la justice française pour ses propos sur la Shoah et les Juifs, la «quenelle» a été notamment qualifiée de «salut nazi inversé» par le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), Alain Jakubowicz.