Marc Dutroux adresse une longue lettre au père d'une victime

JUSTICE Le tueur et pédophile belge prétend y livrer sa vérité...

avec AFP

— 

Marc Dutroux lors des derniers jours de son procès, en juin 2004
Marc Dutroux lors des derniers jours de son procès, en juin 2004 — ISOPRESS/SIPA

Le tueur et pédophile belge Marc Dutroux vient d'écrire une longue lettre au père d'une de ses victimes, dans laquelle il prétend livrer sa vérité, ravivant l'émotion liée à cette affaire, a révélé lundi soir le quotidien belge La Dernière Heure.

Marc Dutroux a été condamné en 2004 pour l'enlèvement, la séquestration et le viol, entre juin 1995 et août 1996, de six fillettes et adolescentes belges, ainsi que la mort de quatre d'entre elles. Il ne s'était jamais exprimé depuis son procès.

Son ex-femme et complice Michelle Martin, a obtenu en août 2012 une libération conditionnelle après avoir purgé 16 des 30 ans de prison auxquelles elle avait été condamnée. Elle séjourne depuis lors dans un couvent dans le centre du pays.

Lettre manuscrite de 44 pages

C'est le jour de la libération de Mme Martin que Dutroux aurait commencé à rédiger sa lettre manuscrite de 44 pages. Selon la Dernière Heure, il dit avoir attendu afin de ne pas nuire à la libération de la mère ses enfants. Son courrier est adressé à Jean-Denis Lejeune, le père de Julie, enlevée à l'âge de 8 ans en juin 1995 puis retrouvée morte. M. Lejeune, devenu l'une des personnalités les plus connues en Belgique à travers son combat médiatique pour la défense de la mémoire des fillettes assassinées, avait annoncé en novembre 2012 qu'il tournait «définitivement» la page de cette affaire.

Selon la DH, Marc Dutroux continue, comme pendant son procès, à défendre la théorie d'un complot politico-judiciaire. Il charge aussi son ex-femme et ses ex-complices, a affirmé la chaîne RTL-TVI. Il pourrait introduire dans les prochains mois une demande de libération anticipée, qu'il n'a cependant pratiquement aucune chance d'obtenir.

Cette affaire criminelle, la pire de l'histoire de la Belgique, avait profondément traumatisé le pays. En 2012, des manifestations avaient eu lieu pour protester contre la libération anticipée de Michelle Martin.