Cancer du col de l'utérus: Le frottis pourrait sauver près de 1.000 vies chaque année

SANTE L'Institut national du cancer mène une campagne pour inciter les femmes à se faire dépister...

Audrey Chauvet

— 

Un spéculum servant aux examens gynécologiques et du matériel pour effectuer un frottis vaginal.
Un spéculum servant aux examens gynécologiques et du matériel pour effectuer un frottis vaginal. — AFP PHOTO DIDIER PALLAGES

Près de 90% des 1.000 décès dus au cancer du col de l’utérus chaque année en France pourraient être évités: pour que ce chiffre ne reste pas une simple statistique, l’Institut national du cancer (Inca) lance en janvier une campagne pour inciter les femmes à se faire dépister.

Vaccination et frottis

«Le frottis est le seul test de dépistage rapide, simple et indolore qui permet de détecter des lésions précancéreuses et d’intervenir avant le développement d’un cancer», explique Frédéric De Bels, responsable du département dépistage de l’Inca. Les autorités sanitaires recommandent aux femmes de 25 à 65 ans de faire un frottis tous les trois ans. Mais dans les faits, 40% de femmes en France ne font pas de frottis régulièrement: «Ce sont surtout des femmes de 50 à 65 ans, détaille Frédéric de Bels. Elles sont pourtant encore concernées, même si elles sont ménopausées ou si elles n’ont pas de relations sexuelles. Il y a aussi le cas des femmes en situation de précarité ou qui vivent dans des régions comptant peu de gynécologues.» L’Inca rappelle qu’il n’y a pas que les spécialistes qui soient habilités à faire des frottis: médecins généralistes, sages-femmes, centres de santé ou laboratoires d’analyse médicale peuvent en réaliser.

Même les jeunes femmes vaccinées contre le papillomavirus doivent se faire dépister: ce virus, très couramment contracté durant les premières années de la vie sexuelle, est un précurseur du cancer du col de l’utérus. «99% des cancers du col de l’utérus sont dus à des papillomavirus, chiffre Frédéric de Bels. La vaccination, qui doit se faire à l’âge de 11 à 14 ans avant les premières relations sexuelles, ne permet d’éviter que certaines formes de ces virus et ne protège donc pas complètement contre le cancer du col de l’utérus», explique Frédéric de Bels. Le frottis reste le seul moyen de détecter très tôt ces cancers, dont encore 3.000 cas apparaissent chaque année en France.