Arnaques en ligne: «J’ai été victime d’une escroquerie à l’amour»

Cédric Garrofé

— 

Capture d'écran de l'un des nombreux emails reçus par Marie.
Capture d'écran de l'un des nombreux emails reçus par Marie. — D.R. // 20 Minutes

Surfer sur Internet est une pratique qui peut réserver de très mauvaises surprises, notamment lorsqu'on y rencontre d'escrocs prêts à tout pour mettre la main sur votre argent. Des internautes de 20 Minutes ont eu à subir ce type de mésaventures. Ils témoignent. 

«J’ai été victime d’une escroquerie à l’amour»

En 2009, Marie, 57 ans, traverse une très mauvaise passe dans sa vie. Son fils lui propose de se rendre sur des chats en ligne pour se changer les idées. «Je n’y connaissais pas grand-chose mais rapidement, j’ai été contacté par un membre, Laurent. Nous avons immédiatement échangé nos emails.» Cet internaute va lui faire vivre un véritable cauchemar.
 
«En dialoguant quotidiennement avec lui, je me suis vraiment attachée», précise la femme de 57 ans. La promesse de se voir rapidement est lancée Mais avant cela, Laurent annonce qu’il doit se rendre en Côte d’Ivoire.
 
«Je suis restée trois semaines sans nouvelle. Puis, la "police" m’a contactée, pour me dire qu’il avait été agressé, et qu’il avait besoin d’argent pour son hospitalisation. Très inquiète, je n’ai pas hésité.»
 
L’escroc le sait. Marie est autant fragile qu’amoureuse. Petit à petit, prétextant des petits tracas qui l’empêchent de pouvoir rentrer en France, ses demandes se multiplient.
 
«Je me suis fait avoir. Je me souviens même lui avoir payé son billet de retour. Pour me prouver qu’il l’avait bien retiré, que mon argent avait été utile, il m’avait envoyé une fausse copie par email.»
 
Six longs mois furent nécessaire à Marie pour qu'elle comprenne la supercherie.
 
«Une prétendue "douane marocaine" m’a contacté pour me dire que Laurent avait été arrêté à l’aéroport, en possession de drogue. Une procédure allait commencer. Ce fut un choc car j'avais enfin compris que j’étais la victime d’une escroquerie à l’amour.»
 
«Laurent», qui prétendait vivre en France, était en réalité un escroc ivoirien. 
 
A la peine de cœur, s’ajoute la peine financière. Marie est aujourd’hui en procédure de surendettement.
 
Tous les mois, elle lutte pour trouver les 300 euros qu’elle doit rembourser à sa banque jusqu’en 2017.
 

«1.500 euros ont été retirés de mon compte»

L’arnaque par Internet, Mathilde en a, elle aussi, été victime. Après avoir posté une annonce pour vendre une place de concert, elle est rapidement contactée par email.
 
«Une femme m’a fait part de sa motivation pour l’acheter. Elle me demandait simplement de payer par Paypal.»
 
L’internaute, qui a vaguement entendu parler de ce site, n’est pas hostile à l’idée.
 
«Je lui ai donné mon accord et je me suis enregistrée sur le site. Quelques heures plus tard, j’ai reçu un email de - soi-disant - Paypal, m'invitant à renseigner mes coordonnées bancaires. Surprise, je n'ai rien fait.»
 
Les jours passent, et Mathilde s'apperçoit qu’elle n’a toujours pas été payée. Elle demande des explications à l’acheteuse.
 
«Elle m’a dit que c’était normal, que je devais répondre à l’email de Paypal pour que je puisse recevoir l’argent. Inconsciente, je l’ai fait. J’ai renseigné mon email, mot de passe et mes coordonnées bancaires.»
 
Le lendemain, c’est la douche froide lorsqu’elle s’aperçoit que quelque 1.500 euros lui ont été soutirés de son compte.
 
Assurée auprès de sa banque, l’internaute s’en est bien tirée. Le montant total de l’escroquerie lui a été intégralement remboursé.
 
Un peu de chance dans son malheur.
 
>> Vous avez été vous aussi victime d’une arnaque en ligne? Racontez-nous dans les commentaires ci-dessous…