RER A interrompu: «Merci d'avancer plus vite dans les couloirs pour votre sécurité»

C.G. et C.La.

— 

Manon, internaute de «20 Minutes»

 La ligne A du RER était interrompue ce vendredi matin entre les stations Nation et Etoile à cause d’un «accident grave de voyageur» en station Auber, selon la RATP. Conséquence de cet incident, les lignes du métro, notamment 1, 7 et 14, sont fortement perturbées, bloquant des milliers de voyageurs dans les stations. Des internautes de 20 Minutes témoignent. 

>> Vous êtes concernés par les perturbations de ce vendredi matin? Racontez-nous votre matinée de galère dans les commentaires ci-dessous ou sur contribution@20minutes.fr.

Nathalie est étudiante en BTS. Ce vendredi matin, elle devait passer un oral blanc. «Peine perdue, nous dit-elle, je n’ai pas pu y aller. Personne n’a pu me dire si un bus en gare de La Défense serait susceptible de me déposer à Rueil Malmaison.»

Justine, bloquée entre Châtelet et Auber, a dû évacuer le train par les rames du métro, elle nous a envoyés cette photo. 

Monsieur Roupette donne une «mention spéciale "gravitude" à la RATP pour la correspondance RER A / ligne 1 totalement blindée, qui à osé diffuser le message suivant: "Merci d'avancer plus vite dans les couloirs pour votre sécurité". Bravo les gars, c'est bien connu, demander aux gens d'accélérer est une super idée pour la sécurité. Sans compter l'arrivée sur la ligne 1 avec des métros à l'arrêt pendant 20 minutes, mais là sans aucune explication. Incompétents!»

«Comment les professionnels de la RATP peuvent-ils supporter l’agressivité des usagers?»

«J’étais dans la rame qui a percuté l’homme qui s’est sucidé, nous raconte François. J’ai trouvé les gens de la RATP courtois, ne s’énervant pas vis-à-vis de clients par moments agressifs. On nous a évacué du train par un chemin de plaques de béton le long de la voie. Nous avons pu sortir par la station Auber d’où j’ai pris la ligne 8 jusqu’à la Concorde pour aller sur la Défense. Comment les professionnels de la RATP peuvent-ils supporter, à la fois l’agressivité des usagers, et les évacuations? Je pense ce jour essentiellement au chauffeur du train qui a freiné brutalement (beaucoup d’entre nous en sont tombés) pour (j’imagine) tenter de ne pas écraser ce désespéré, et à la famille de ce dernier. Nous, dans le RER, nous avons été aidés par des gens calmes et conscient de leur travail. Dans la foule, j’entendais dire que le chauffeur était responsable de l’accident. La tolérance, je ne l’ai pas vue.»

Luis est resté «coincé dans le train entre Châtelet et Auber,  pendant une heure, avant que le train fasse machine arrière. Puis, la galère. Plein de monde qui voulait prendre le métro. Pour aller à Cergy, j'ai fini à Montparnasse, puis Étoile pour reprendre le RER. J'avais prévu d'arriver au travail à 9h mais je suis toujours dans les transports à 10h53.» Même galère pour Aurélie, qui nous envoi cette photo, des couloirs de Châtelet.