Les médecins refusent à François Hollande de se rendre au chevet de Valérie Trierweiler

Vincent Vantighem

— 

Valérie Trierweiler, le 14 septembre 2013.
Valérie Trierweiler, le 14 septembre 2013. — Lionel Bonaventure/AP/SIPA

Des fleurs. Des chocolats. Mais pas de visites. La radio RTL annonce, ce jeudi soir, que les médecins qui soignent actuellement Valérie Trierweiler à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) ont refusé à François Hollande de se rendre à son chevet, tout en précisant qu’il s’agit d’une «pratique répandue dans les cas de détresse psychologique.»

Mais toujours selon la radio, Valérie Trierweiler ne veut pas laisser croire que le chef de l’Etat la néglige dans un moment aussi pénible pour elle. «Elle fait donc préciser à RTL que ce sont les médecins qui interdisent au Président d’aller la voir.»

Elle est «incapable de se tenir seule debout»

Toujours selon la radio, la patiente est actuellement confinée et tenue éloignée de son entourage afin de pouvoir faire le vide et se remettre. Mais François Hollande n’est pas pour autant inactif. Il aurait rencontré personnellement l’équipe médicale et prendrait régulièrement des nouvelles.

Concernant sa santé, la radio précise encore que Valérie Trierweiler est très «faible» et «incapable de se tenir seule debout» avec une tension faible et un moral au plus bas. Pour autant, elle tient toujours à faire rectifier la version selon laquelle elle aurait fait une crise de nerfs lorsque François Hollande lui a annoncé sa liaison avec Julie Gayet. «C’est faux !», assure-t-elle selon la radio.