Transports coupés plusieurs semaines: «C'est absurde, tout le monde ne prend pas ses vacances en août»

VOTRE AVIS Les internautes franciliens ont vivement réagi à la proposition de Jean-Paul Huchon d'interrompre le trafic de certaines lignes de trains de banlieue plusieurs semaines...

Christine Laemmel

— 

A. Gelebart / 20 MINUTES

Pour accélérer la rénovation de certaines lignes de RER et de Transilien, la région Ile-de-France pourrait frapper fort. Son président, Jean-Paul Huchon, entend interrompre totalement le trafic jusqu’à plusieurs semaines d’affilée, a priori pendant les vacances scolaires d’été. L’idée fait plutôt bondir les internautes de 20 Minutes, usagers des lignes franciliennes.

>> VOTRE AVIS – Usagers du RER et du Transilien, seriez-vous favorable à une coupure totale de votre ligne pendant plusieurs semaines? Si cette option est retenue, comment vous organiseriez-vous pour vous déplacer? 

Continuez à réagir dans les commentaires ci-dessous ou en nous écrivant à contribution@20minutes.fr.

«C’est absurde! réagit Catherine, habitante de Juziers, dans les Yvelines. Je ne vois pas l’intérêt de la proposition de Jean-Paul Huchon.» Cette internaute, qui fait plus d’1h45 de trajet chaque matin et chaque soir, martèle que la ligne J est son «moyen de locomotion pour aller travailler tous les jours».

«Les premiers frappés seraient les plus précaires»

Car si pour Jean-Paul Huchon, l’été serait une période optimale, car «creuse», niveau trafic, Catherine le ramène à la réalité rapidement. «Tout le monde ne prend pas  ses vacances en août», rappelle-t-elle, suivie par Noëlle, «banlieusarde depuis 1961» et «absolument contre l'idée d'une longue coupure, qui pénaliserait les milliers de gens qui travaillent en été.» Selon cette internaute, «les premiers frappés seraient les plus précaires», salariés en CDD ou stagiaires. 

En intervenant la nuit «où aucun train ne roule de toute façon», souffle Catherine, ou en soirée, «une fois que les gens sont rentrés chez eux», comme ce sera le cas en février à partir de 21h30, la SNCF limite les dégâts, et «impacte moins les usagers», assure cette internaute.

Pleins d’espoirs ou un peu las, certains usagers sont tout de même prêts à consentir à une longue coupure «si c'est pour une vraie amélioration», propose Cédric, qui rejoint l’impression de Jean-Paul Huchon de «travailler a la petite cuillère» avec des interruptions courtes qui se multiplient. «Si trois semaines de coupure permettent de faire l'équivalent de trois ans de nuits et de week-end pour 50% moins cher, alors là c'est OK», ajoute-t-il. «Mais faites ces travaux, supplierait presque Natacha, on en a marre.»

«Les bus de substitution n’arrivent jamais»

Idée judicieuse ou pas, avec une coupure totale l’été, il faudra dans tous les cas «trouver une solution pour transporter les gens sur Paris par d'autre biais dans des délais similaires», écrit un internaute dans les commentaires. Comme c’est déjà le cas lors d’interruptions ponctuelles, la région devrait prévoir des bus de substitution. Une solution qui crispe d’avance Catherine. «Quand on a un problème sur notre ligne, raconte-t-elle, les bus n’arrivent jamais. Et quand ils sont là, on n’arrive pas à monter dedans.»

La plupart des internautes balayent cette éventualité et prévoient de prendre leur véhicule. Catherine planifie déjà sa matinée. «Je vais devoir rejoindre la ligne de Poissy? Ou celle de Mantes? Mais il faudra encore se garer.» Marie-Geneviève, utilisatrice du RER B, calcule. «Si, pendant deux ou trois semaines, il faut faire chaque jour 2x25 km en voiture, cela va augmenter mes dépenses de transport. La RATP est-elle prête à nous rembourser l'abonnement Navigo pendant l'interruption du trafic afin de compenser en partie les dépenses de carburant, usure de la voiture, parking?»