Paris: Comment se dessine la future gare Rosa-Parks

Oihana Gabriel

— 

Pour la future gare Rosa Parks, sur le RER E, un passage piéton souterrain est glissé sous les rails pendant le terrassement.
Pour la future gare Rosa Parks, sur le RER E, un passage piéton souterrain est glissé sous les rails pendant le terrassement. — V. Wartner / 20 Minutes

Une étape essentielle et minutieuse. Le gros chantier de Rosa-Parks (19e) tourne à plein régime pour que les Franciliens puissent accéder à cette gare multimodale en décembre 2015. Avec elle, les usagers du RER E gagneront un nouvel arrêt entre Gare du Nord et Pantin, juste en face de la station également nommée Rosa-Parks sur le tramway 3 bis. De nouvelles infrastructures de transports qui viendront désenclaver le nord-est parisien, en pleine rénovation et encore assez isolé.

A terme, cette station, prévue pour être accessible à tous les publics et très lumineuse, devrait accueillir 85.000 usagers. Les travaux doivent coûter 130 millions d’euros.

«On pousse le passage sous les voies en terrassant en même temps»

Jusqu’à lundi matin, les ouvriers s’échinent pour que le passage piéton souterrain, créé pendant un an en extérieur, puisse être glissé sous les voies. «On pousse le passage sous les voies en terrassant en même temps… Sachant que nous avons 1.000 trains qui passent chaque jour, souligne Paul, responsable du chantier. Pendant la première nuit, le tunnel a avancé de 14 mètres. Vendredi après-midi, normalement, on aura fini de creuser.» Avant de riper (action qui consiste à faire glisser un poids pour le déplacer) ce passage piéton de 40 mètres de long et 12 mètres de large, un «tablier auxiliaire» a été installé sous les rails pour sécuriser les voies. Avec une marge de neuf centimètres entre ce tablier et le haut du rectangle de béton, l’opération s’avère complexe.

«Toute la difficulté, c’est qu’on travaille sur un site exploité et très concentré, précise Laurent, l’un des responsables de l’impressionnant chantier, gilet fluo et casque vissé sur la tête. Si on avait stoppé le trafic, six activités (TGV, Corail, TER, Transilien, RER, fret) auraient été impactées. Ce week-end, la circulation sera interrompue sur deux des voies. Mais nous avons programmé cette interruption trois ans à l’avance… Il faut donc trouver un compromis entre les aménagements et la sécurité sur le chantier.»