Transports: L’Ile-de-France envisage de stopper le trafic plusieurs semaines pour accélérer les travaux

Oihana Gabriel

— 

Jeudi 16 Janvier 2014, Jean-Paul Huchon et Bénédicte Tilloy ont visité le chantier de la future gare multi-modale Rosa Parks.
Jeudi 16 Janvier 2014, Jean-Paul Huchon et Bénédicte Tilloy ont visité le chantier de la future gare multi-modale Rosa Parks. — V. Wartner / 20 Minutes

Aucun RER B pendant deux semaines, enfer ou effort nécessaire? Dans ses vœux, le président de la région Ile-de-France s’est dit favorable à à des coupures totales du trafic de certains trains de banlieue pour accélérer la rénovation des lignes. A l’occasion de la visite de chantier jeudi matin de la future gare Rosa Parks, Jean-Paul Huchon a martelé cette idée, qui risque pourtant de crisper plus d’un usager. Cette solution part d’un constat amer: il y a toujours trop de problèmes sur le réseau francilien, et en particulier sur les RER, surtout le B, C et le D et les lignes J et L du Transilien.

«Deux semaines ou trois de patience, mais le système fonctionnera»

«Pour le moment, ça ne marche pas, reconnaît Jean-Paul Huchon. Il y a énormément de petits détails mal réglés qui bloquent des centaines de milliers de gens. J’en ai assez qu’on dépense des milliards pour créer des infrastructures, acheter des trains très beaux et finalement que les gens soient aussi mécontents qu’avant. Il faudra étudier avec beaucoup de rigueur les propositions de la SNCF sur tout ce qui est aiguillage, signalisation, alimentation électrique et les caténaires. On prend le risque, parce que les gens ne vont pas être contents, il y aura deux semaines ou trois de patience, mais le système fonctionnera.»

Si rien n’est pour l’instant précisé sur la durée de ces interruptions, elles devraient être programmées pendant les vacances, notamment d’été. «Pour le moment, je n’ai pas de planning, reprend le président de la région. Mais a priori ça devrait être aux périodes de moindre trafic. Mais il faut être plus radical qu’une interruption seulement la nuit ou le week-end.»

«En massifiant, on peut raccourcir les délais»

Une solution appuyée par Bénédicte Tilloy, directrice du Transilien. «Profiter d’avoir des plages de temps plus grandes, c’est une proposition qu’on lui a faite. On a l’impression de faire les travaux à la petite cuillère. En massifiant, on peut raccourcir les délais. Les voyageurs ont besoin qu’on prenne les grands remèdes pour les grands maux.»

Cette solution assez paralysante pour les usagers a d’ailleurs été choisie par plusieurs capitales européennes. «On peut s’appuyer sur des exemples à l’étranger, souligne Jean-Paul Huchon. A Madrid, à Berlin, ils ont fait ce choix. Mais avec un réseau moins saturé. Il faudra être attentif, car les gens doivent aller travailler tous les jours.»

>> VOTRE AVIS – Usagers du RER et du Transilien, seriez-vous favorable à une coupure totale de votre ligne pendant plusieurs semaines?

Si cette option est retenue, comment vous organiseriez-vous pour vous déplacer? Vous préférez des interruptions ponctuelles, moins contraignantes selon vous?

Réagissez au souhait du président de la région Ile-de-France, en donnant votre avis dans les commentaires ci-dessous ou en nous écrivant à contribution@20minutes.fr.