Comités d'entreprise: Quatre salariés sur dix mal informés des offres

ENTREPRISES Mais 63% des sondés se disent satisfaits de leur CE...

avec AFP

— 

Illustration, entreprise.
Illustration, entreprise. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Plus de quatre salariés sur dix se disent mal informés des offres et services de leur Comité d'entreprise (CE) qui gère notamment les activités sociales et culturelles (vacances, restauration, etc.), selon une enquête publiée jeudi. Selon l'étude menée par l'institut CSA pour SalonsCE, 42% des salariés se disent mal informés, dont 12% très mal informés. A l'inverse, 58% se disent informés, dont 10% très bien informés.

Les élus des comités d'entreprise surestiment de leur côté largement la part de salariés informés, qu'ils évaluent à 88%, indique l'étude. Ils surestiment aussi la proportion de salariés satisfait, l'évaluant à 90% alors que 63% des sondés se disent satisfaits (dont 5% très satisfaits).

Pas assez présents

Les principales attentes des salariés vis-à-vis de leur CE pour améliorer leur qualité de vie en dehors du travail portent sur les vacances (58%), la culture, les loisirs et les sports (40%) et la santé et la prévoyance via les mutuelles (30%). Viennent ensuite les services (garde d'enfants, chèques cadeaux ou chèques emploi service, 19%) et l'aide au logement (17%).

Les salariés jugent par ailleurs leurs CE pas assez présents dans certains domaines liés aux transports, comme les tarifs préférentiels pour les locations de voiture, les partenariats avec des garagistes pour l'entretien, les subventions pour les voyages (billets SNCF) ou la mise en place de systèmes de co-voiturage.

Deux subventions

Créés à la Libération, les CE sont obligatoires dans les entreprises à partir de 50 salariés. Composés de représentants du personnel élus pour 4 ans, ils reçoivent deux subventions de l'entreprise. Une subvention de fonctionnement fixée à 0,2% de la masse salariale brute et une contribution aux activités sociales et culturelles, dont le taux n'est pas fixé.

L'étude a été menée en novembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.010 salariés d'entreprises ayant un CE et de 334 élus au CE.