Dounia Bouzar: «Il faut ouvrir ensemble un débat sur l'islam»

INTERVIEW Cette anthropologue du fait religieux adopte une position assez rare dans le monde musulman...

Propos recueillis par Armelle Le Goff

— 

Dounia Bouzar est anthropologue du fait religieux
Dounia Bouzar est anthropologue du fait religieux — MARTIN BUREAU / AFP

Dounia Bouzar est anthropologue du fait religieux spécialisée dans la gestion de la laïcité au sein des institutions et des entreprises. Elle publie ce jeudi Désarmorcer l’islam radical (Ed. de L’Atelier), où elle trace la frontière entre islam et radicalisme sectaire.

Pourquoi l’islam est-il traversé par le radicalisme?

Les politiques savent où mettre le curseur entre ce qui relève de la religion et de la secte pour les autres religions. Ce n’est pas le cas de l’islam. Or, c’est une religion qui est utilisée par des terroristes et cela brouille les pistes. Quand on voit des musulmans pratiquants, on a peur qu’ils soient radicaux. Mais l’amalgame profite aux radicaux.

>> A lire par ici, notre état des lieux Education: la laïcité est-elle vraiment menacée à l'école?

Un bon exemple pour montrer la puissance des radicaux sur l’islam: le niqab, qu’ils présentent comme une simple application de l’islam. La France a fait voter une loi pour interdire le port du voile intégral dans l’espace public, mais, symboliquement, ce sont les radicaux qui ont gagné, car, aujourd’hui, 95% des Français croient que le niqab, c’est l’islam à la lettre. Or le niqab n’existait pas pendant 14 siècles d’islam, seulement depuis une soixantaine d’années. Ce livre, c’est un cri pour dire qu’il faut séparer les radicaux des musulmans pour pouvoir combattre les radicaux.

>> Retrouvez ici une interview de Dounia Bouzar en 2009

Vous ne voyez rien de stigmatisant dans la loi sur le voile intégral?

Non, ce qui serait stigmatisant, c’est de considérer qu’une femme sous un drap noir, c’est une musulmane. Au contraire, s’étonner, être choqué de voir une femme intégralement voilée, c’est respecter l’islam. Par ailleurs, la loi ne parle pas de l’islam, elle demande aux gens de se voir pour avancer ensemble.

>> Port de signes religieux: Où en est la législation? 

Vous adoptez une position assez rare en islam, pourquoi?

Les musulmans se sentent persécutés et les Français ont l’impression d’être persécutés par l’islam. Ce clivage me fait peur. C’est pour cela que j’ai écrit ce livre. Pour qu'on arrête de suspecter les musulmans pratiquants d'être des intégristes et pour qu'on arrête de voir les radicaux comme de simples musulmans. Il faut ouvrir un débat tous ensemble.