Chambéry: Les parents des nourrissons décédés appellent ceux dans le doute «à se signaler»

avec AFP

— 

Googlemap de Chambéry.
Googlemap de Chambéry. — Capture d'écran Google

Les parents des nourrissons morts en décembre à l'hôpital de Chambéry, contaminés par une poche de nutriments, ont appelé mercredi «tous les parents dans le doute quant au décès brutal de leurs bébés à se signaler», après la révélation d'un quatrième cas suspect.

«D'autres nourrissons sont peut-être également décédés de mort subite, suite aux mêmes symptômes, sans que les pédiatres aient pu en déterminer la cause. Il ne faut pas oublier que le laboratoire Marette fournissait sept hôpitaux», ont déclaré les parents de Théo, mort le 7 décembre dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital de Chambéry.

«Nous aimerions que les choses bougent»

«Nous aimerions que les choses bougent. Si davantage de parents qui pensent être dans notre cas se font connaître et s'ils se rattachent à notre dossier, nous aurons plus de poids pour faire pression. Nous pourrons ainsi aller loin dans l'identification de cette bactérie», ont-ils ajouté. Cet appel intervient alors que le cas d'un quatrième nourrisson, mort en mars dans le même hôpital après avoir été nourri avec une poche similaire du laboratoire Marette (Calvados), a été révélé.

«Suite à notre intervention dans les médias, une famille s'est sentie concernée et s'est manifestée auprès de l'hôpital et de la juge en charge de l'enquête. Leur cas a ensuite été ajouté au dossier», ont indiqué les parents de Théo, qui ont rencontré la juge marseillaise Annaïck Le Goff mardi à Chambéry, où elle était en déplacement.

Les 6, 7 et 12 décembre, Chloé, Théo et Milie sont morts dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital de Chambéry. Un quatrième nourrisson, qui présentait des symptômes identiques, avait pu être sauvé in extremis.