Le nombre de régions en métropole pourrait passer de 22 à «une quinzaine»

TERRITOIRE Dans un souci de réduction de la dépense publique, souhaité par François Hollande...

avec AFP

— 

La réorganisation régionale évoquée par François Hollande vise à aboutir à "une quinzaine de régions", contre 22 aujourd'hui en métropole, a annoncé mercredi le député PS Thierry Mandon, codirigeant du conseil de la simplification voulu par le chef de l'Etat.
La réorganisation régionale évoquée par François Hollande vise à aboutir à "une quinzaine de régions", contre 22 aujourd'hui en métropole, a annoncé mercredi le député PS Thierry Mandon, codirigeant du conseil de la simplification voulu par le chef de l'Etat. — Fred Dufour AFP

Le nombre de régions - 22 aujourd'hui en métropole - devrait passer à «une quinzaine», a annoncé ce mercredi le député PS Thierry Mandon, codirigeant du conseil de la simplification voulu par le chef de l'Etat. Le porte-parole du groupe PS à l'Assemblée a précisé sur RMC la réorganisation territoriale esquissée la veille par le président François Hollande, dans un souci de réduction de la dépense publique.

Le nombre des régions «peut évoluer», avait dit le président. «Dans l'idée, c'est une quinzaine» de régions, a dit Thierry Mandon. «C'est sept de moins, cela fait quand même 30% de régions en moins», a-t-il souligné en se fondant sur le nombre des régions métropolitaines (il y en a aussi 4 en outre-mer).

«Choc de simplification»

Ensuite «là où il y a une métropole forte et là où il y a un département, on fait converger les deux», a ajouté Thierry Mandon, parlant de une «digestion des départements par les métropoles». En Ile-de-France, «ça sert à la grande couronne, parce que l'agglomération est sur la petite couronne, Paris et autour de Paris», selon le député de l'Essonne.

Une loi créant 13 métropoles aux pouvoirs très larges a été votée définitivement par le parlement en décembre. Le député a été chargé, avec l'entrepreneur Guillaume Poitrinal, ex-PDG d'Unibal, de piloter le «choc de simplification» voulu par François Hollande.