VIDEO. Chambéry: Enquête nationale après la mort suspecte d'un quatrième bébé à l'hôpital

FAITS DIVERS Il aurait succombé, en mars 2013, après l’administration d’une poche de nutriment dans le service de réanimation néonatale...

M.Gr.

— 

L'entrée de l'hôpital de Chambéry (Savoie) où trois nourrissons sont morts contaminés par des poches de nutriments, le 4 janvier 2013.
L'entrée de l'hôpital de Chambéry (Savoie) où trois nourrissons sont morts contaminés par des poches de nutriments, le 4 janvier 2013. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Chloé, Théo, Milie et maintenant Matheo. Un quatrième bébé serait mort, après l'administration d'une poche de nutriment dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital de Chambéry (Savoie), rapporte le Dauphiné libéré ce mercredi.

L'enfant, qui présentait les mêmes symptômes que les trois autres victimes, mortes les 6, 7 et 12 décembre, est quant à lui décédé d'une façon soudaine en mars 2013. Il allait pourtant très bien à son entrée dans le service, où il a été alimenté par une poche qui appartiendrait au lot des 137 poches incriminé, selon le journal régional.

Mais de son côté,  la ministre de la Santé Marisol Touraine a spécifié que cette poche, si elle était du même type que celles mises en cause dans les trois autres cas et produites par le même fabricant, ne proviendrait «pas du même lot».

Les parents de l'enfant en ont été informés ce week-end par le centre hospitalier, qui effectue actuellement une enquête administrative et sanitaire, à la demande de la ministre de la Santé.

Enquête nationale

Après ce 4e décès, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a lancé une enquête nationale auprès de tous les établissements approvisionnés en poches alimentaires par le laboratoire Marette . «J'ai demandé que l'ensemble des cas de décès ou d'accidents intervenus pour des nourrissons dans l'un des seize établissements approvisionnés par le laboratoire Marette soient signalés au niveau national», a affirmé Marisol Touraine dans une déclaration à la sortie du Conseil des ministres. Elle a précisé que le gouvernement disposerait «de l'ensemble des informations nécessaires la semaine prochaine».

Recours administratif

Marisol Touraine avait annoncé, le 7 décembre, que des analyses effectuées à l'institut Pasteur sur un lot suspect de poches alimentaires saisies à l'hôpital de Chambéry où les nouveau-nés sont morts, avaient montré la contamination de six d'entre elles par «un seul et même germe d'origine environnementale».

Le laboratoire Marette, qui avait fourni les poches alimentaires mises en cause dans la mort des bébés, a renoncé, mardi, «à former un quelconque recours administratif», a dit l'avocat qui avait envisagé cette option après la demande de suspension de l'activité annoncée par la ministre de la Santé Marisol Touraine la semaine dernière.

Trois familles ont déjà porté plainte et une information judiciaire contre X a été ouverte par la juge d'instruction Annaïck Le Goff, pour «homicide et blessure involontaires, mise en danger délibérée de la vie d’autrui et fabrication de médicaments sans respecter les bonnes pratiques».