François Hollande annonce (encore une fois) une loi sur l’euthanasie

Vincent Vantighem

— 

Un kit pour les médecins belges contenant les traitements nécessaires à une euthanasie à domicile
Un kit pour les médecins belges contenant les traitements nécessaires à une euthanasie à domicile — ETIENNE ANSOTTE / BELGA / AFP

Aucune question ne lui a été posée à ce propos. Et sans doute aucune question ne lui aurait été posée. Dans un large préambule lors de sa conférence de presse, François Hollande a évoqué lui-même un projet de loi sur la fin de vie. Le président a annoncé que les conclusions du Comité d’éthique sur la fin de vie lui seraient remises dans «les prochaines semaines» avant un projet de loi qu’il prévoit «le plus large possible».

Il en a déjà dessiné les contours en une phrase. «Le but pour toute personne majeure atteinte de maladie incurable et qui ne peut être apaisée de pouvoir demander dans des conditions strictes une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité», a ainsi expliqué le chef de l’Etat.

>> Revivre la conférence du Président en live

Des annonces sans cesse repoussées

Proposition de campagne numéro 21 de François Hollande, le sujet de la fin de vie s’est heurté depuis l’élection de François Hollande a de nombreux avis contraires. Car le Comité d’éthique a déjà planché sur le sujet. En juillet 2013, ce Comité se prononçait en effet contre la légalisation de l’euthanasie, avant d’annoncer la poursuite de la réflexion.

François Hollande avait déjà anticipé, annonçant un projet de loi pour juin 2013. Avant de le décaler à décembre 2013.

Marisol Touraine chapeautera le projet de loi

Car en décembre 2013, c’est un jury citoyen qui a travaillé sur la question et s’est prononcée, lui, pour la légalisation du suicide assisté et des «exceptions d’euthanasie». Toutes ces réflexions doivent donc être remises prochainement au gouvernement et nourrir le projet de loi que chapeautera Marisol Touraine, la ministre de la Santé.

Si 92% des Français s’avouent favorables à la légalisation de l’euthanasie, François Hollande sait aussi qu’il risque d’embraser à nouveau la société française comme il l’avait fait au moment des débats sur le mariage pour tous.