Fin de la prise d'otage à la prison de Toul

SECURITE Le détenu qui avait pris une psychologue en otage s'est rendu, selon une source syndicale...

avec AFP

— 

Le centre de détention de Toul (Meurthe-et-Moselle).
Le centre de détention de Toul (Meurthe-et-Moselle). — FRANCK FIFE

La prise d'otage à la brosse à dents s'est terminée sans faire de blessé. «Le détenu s'est rendu peu après 0H30. Il a jeté sa brosse à dent» préalablement taillée sous forme d'une arme, a indiqué dans la nuit de lundi à mardi Fadila Doukhi, responsable FO pénitentiaire à la prison de Toul (Meurthe-et-Moselle).

«Il ne voulait parler qu'à un personnel pénitentiaire» depuis la bibliothèque du quartier disciplinaire se trouvant au bout d'un long couloir de l'établissement, a-t-elle expliqué. «Il ne voulait pas que le GIPN entre dans la pièce.» Le détenu a été placé en garde à vue et transféré vers le commissariat de Nancy où il devait être entendu. «Il n'a pas obtenu gain de cause, grâce au travail de professionnel du GIPN, il a compris qu'il n'avait pas d'issue», a expliqué aux journalistes le procureur de la République de Nancy, Thomas Pison.

La prise d'otage démarrée vers 18H20 dans la salle d'audience du quartier de la prison s'est déroulée sans violence. La victime, choquée, est repartie avec son compagnon. Cette dernière âgée de 30 ans intervenait dans l'établissement pénitentiaire régulièrement depuis trois ans, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Une information judiciaire bientôt ouverte

Condamné pour vols avec violence, le détenu dont c'était la première prise d'otage demandait son transfert en Alsace, vers la prison d'Ensisheim ou Mulhouse. Il avait été initialement incarcéré au centre de détention de Montmédy (Meuse), où il avait mené une rébellion, entraînant son transfert disciplinaire à la prison de Toul en juillet et était libérable en 2017, selon le procureur.

Une équipe régionale d'intervention et de sécurité (ERIS) était arrivée peu après 20H00 au centre de détention, et le GIPN s'était rendu sur place. Le procureur, le directeur départemental de la sûreté publique de Meurthe-et-Moselle et le directeur de cabinet du préfet s'étaient également rendus sur les lieux entourés d'un important dispositif policier.

Une information judiciaire devrait être ouverte pour prise d'otage dans les prochains jours. Le procureur tiendra une conférence de presse mardi à 09H00 au Tribunal de grande instance de Nancy.