Valls ne laissera «plus rien passer des mots qui divisent les Français»

RACISME Après l'affaire Dieudonné, il a assuré que «la loi sera appliquée avec beaucoup de sérénité et de fermeté».

V.C. (avec AFP)
— 
Manuel Valls au ministère de l'Intérieur le 3 janvier 2014.
Manuel Valls au ministère de l'Intérieur le 3 janvier 2014. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le ministre de  l'Intérieur Manuel Valls a prévenu  qu'il ne laisserait «plus jamais, plus rien passer des mots qui divisent  les Français», en référence aux spectacles de Dieudonné. «Moi, comme ministre de l'Intérieur en charge de  l'application des lois républicaines et de l'ordre public, je ne  laisserai plus jamais, plus rien passer des mots qui divisent les  Français», a déclaré le ministre à quelques journalistes, en marge d'une  visite à titre privé à la cérémonie des voeux de la mairie d'Evry dont  il a été le maire.

Interrogé sur le bras-de-fer judiciaire opposant l'Etat et  Dieudonné et la crainte d'une éventuelle poussée de colère chez les fans  du polémiste, il a assuré que «la loi sera appliquée avec beaucoup de  sérénité et de fermeté».

>> Suivez l'affaire Dieudonné en direct par ici

«La justice administrative, la justice tout simplement, les  services publics font leur travail (...) j'ai déclenché un mouvement  parce qu'il y avait une forme d'impunité qui me révoltait alors que  depuis plusieurs mois, j'évoquais ce cas-là», a-t-il ajouté.

«La République adossée pleinement à la démocratie doit être  forte, extrêmement déterminée, ne doit rien laisser passer», a-t-il  martelé, en faisant également référence aux «propos infâmants» qui ont  ciblé la garde des Sceaux Christiane Taubira, comparée à un singe. Christiane Taubira,  interrogée elle en marge d'un colloque à Paris sur la justice, a jugé «l'affaire Dieudonné (...) extrêmement grave». «Nous nous battons avec  toutes les armes du droit (...) mais c'est aussi une question morale et  éthique», a-t-elle estimé.