Nice: Vincent Peillon et Christian Estrosi s’accrochent vivement

avec AFP

— 

Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014.
Le ministre de l'Education national Vincent Peillon, à Nice, le 10 janvier 2014. — BEBERT BRUNO/SIPA

Qui a offensé l’autre? Le ministre de l'Education Vincent Peillon, en déplacement à Nice ce vendredi dans un lycée professionnel luttant contre le décrochage scolaire, a eu un vif échange à distance avec le maire UMP de la ville Christian Estrosi, qui voulait le rencontrer.

Christian Estrosi, qui avait demandé tardivement la veille à rencontrer Vincent Peillon lors de sa visite dans sa ville, n'a pas souhaité s'entretenir avec la ministre déléguée à la réussite éducative George Pau-Langevin. Celle-ci a interrompu sa visite du lycée niçois pour se rendre en préfecture à 11h mais «aucun élu n'est venu», a déploré Vincent Peillon lors d'un point de presse.

Une «grossièreté républicaine» selon Peillon

«C'est une grossièreté républicaine très rare dans notre République de laisser un ministre en charge, seul, après avoir demandé un rendez-vous», a-t-il assené. «Le programme de la visite était connu depuis lundi», précise le ministre, qui ne souhaitait pas le bouleverser, par respect du personnel éducatif.

De son côté, George Pau-Langevin a confirmé avoir attendu en vain à la préfecture Christian Estrosi et un groupe d'élus de la Métropole Nice Côte d'Azur, soit une quarantaine de personnes, qui voulaient parler de la réforme des rythmes scolaires.

Estrosi «a un mépris profond pour les gens qu'il n'estime pas à son niveau»

«L'agenda de Vincent Peillon était bouclé, il avait été convenu que j'assurerais le rendez-vous avec les maires. Personne n'a jugé utile de venir», a déploré la ministre déléguée, qui rencontre régulièrement des élus sur la réforme des rythmes scolaires. «M. Estrosi a un mépris profond pour les gens qu'il n'estime pas à son niveau», a-t-elle commenté, «très surprise» par l'absence des élus sans aucun préavis.

Christian Estrosi a rendu la politesse à Vincent Peillon, en évoquant «un geste très anti-républicain» du ministre, qui ne l'a pas glissé dans son emploi du temps. Il affirme aussi avoir fait prévenir à temps la ministre déléguée George Pau-Langevin.

Estrosi veut se plaindre à Hollande

«C'est très regrettable qu'on se comporte de manière militante plutôt qu'en ministre de la République», a lancé l'ancien ministre ce vendredi lors des voeux à la presse locale, en promettant de se plaindre auprès du président de la République.

Après la visite dans le lycée professionnel Magnan de Nice, Vincent Peillon avait rendez-vous dans une permanence de la liste du candidat socialiste aux municipales de Nice Patrick Allemand. «En dehors de mon activité ministérielle, il est tout à fait normal que je fasse ce que je souhaite», a stipulé Vincent Peillon, qui sera tête de liste du PS aux élections européennes dans la circonscription Sud-Est.