Dieudonné, un si discret voisin

REPORTAGE Le polémiste se fait très discret chez lui, en Eure-et-Loir...

Maud Pierron

— 

Devant la demeure de Noémie Montagne et Dieudonné M'Bala, au Mesnil-Simon, dans l'Eure-et-Loir.
Devant la demeure de Noémie Montagne et Dieudonné M'Bala, au Mesnil-Simon, dans l'Eure-et-Loir. — 20 Minutes

«Il a déménagé. Dieudonné on ne le voit plus depuis deux ou trois ans. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est que c’était un bon voisin, très aimable, très gentil, très poli», confie une quadragénaire, devant sa grande maison du Mesnil-Simon, non loin de Dreux (Eure-et-Loir).

Et pourtant, en face, au fond d'une impasse, derrière l’imposant portail en bois, sans poignée, c’est bien le domicile de Dieudonné. Ou plutôt, celui de sa compagne, Noémie Montagne, avec qui il a eu cinq enfants. Comme la société de production, la maison est au nom de la jeune femme car Dieudonné est insolvable et ne possède donc rien en nom propre.

Sur la boîte aux lettres, en tout petit, ajouté au crayon, l’inscription «D. M’B.», confirme que cette imposante bâtisse de charme, en pierres apparentes et lierre grimpant, entourée par un large terrain verdoyant et ceinte tout le long par un mur de plus de deux mètres de haut, abrite bien le clan du polémiste. L’accueil, aussi, en témoigne, avec ces jets d’eau balancés depuis le jardin en direction des intrus. «On ne vous dira rien, allez-vous en, bon après-midi», lance une voix masculine.

La demeure est sans doute le bien le plus imposant du petit bourg aux élégantes maisons, posé dans la verdoyante campagne de l’Eure-et-Loir.  «Il est très discret, il ne se balade pas vraiment dans le village», explique Michaël, un père de famille du village. La plupart des -rares- autres voisins rencontrés n’ont «absolument rien à dire» sur Dieudonné. Si ce n’est que l’homme, qui sur scène ose toutes les outrances, ne fait pas du tout parler de lui à la ville.

A une dizaine de kilomètres de là, à Saint-Lubin-de-La-Haye, difficile cette fois de ne pas remarquer l’autre point d’ancrage de Dieudonné, siège de la société de production au nom de sa compagne et de sa mère, Productions de la Plume: l’ancienne usine arbore fièrement sur son flanc la peinture d’un ananas géant, une référence probable à sa chanson Shoah-nanas. «On le voit peu, parfois au supermarché. On voit plus souvent sa femme, quand elle va chercher les enfants à l’école», témoigne un habitant.

La propriété de Saint-Lubin-de-la-Haye, au sommet d’une colline surplombant la petite rivière de Vesgre, héberge la société de communication, toujours au nom de Noémie Montagne, e-quenelle, mais aussi le logement de proches de Dieudonné. Derrière les fenêtres, des paires d’yeux surveillent les journalistes et dans la cour, c’est un homme imposant qui semble monter la garde.

Sur une des quatre boîtes aux lettres, on trouve à nouveau un discret «D.Mbala». Plusieurs voitures sont garées et plus étonnant, il y a même deux bus. «Il s’en sert pour aller chercher des amis à la gare de Houdan, quand il fait des grandes fêtes, une fois par an ou un peu moins, sur invitation», explique Didier, son voisin d’en face.

Pour le reste, le calme règne plutôt de l’autre côté de la rue, juge-t-il. Sa tranquillité a toutefois été perturbée ce mercredi par la présence d’un hélicoptère, qui a tourné pendant longtemps au-dessus de la propriété. «Et il y avait une caméra, j’en suis sûr, à mon avis c’est des médias», argue le quinquagénaire. Mais ça fait bien cinq ans que lui n’a pas croisé Dieudonné.