Une nouvelle campagne pour inciter au dépistage du cancer du col de l'utérus

SANTE 90% des cancers du col de l'utérus pourraient être évités grâce à un meilleur dépistage...

avec AFP

— 

Representation  du virus du papillomavirus provoquant le cancer du col de l'utérus.
Representation du virus du papillomavirus provoquant le cancer du col de l'utérus. — DURAND FLORENCE/SIPA

Une nouvelle campagne, principalement axée sur la radio, va être lancée pour inciter les femmes de 25 à 65 ans, et notamment celles de plus de 50 ans à faire des frottis tous les trois ans pour se protéger efficacement contre le cancer du col de l'utérus. Elle sera organisée du 11 au 28 janvier en amont de la semaine européenne de prévention et dépistage du cancer du col de l'utérus, un cancer qui fait encore plus de 1.000 décès en France chaque année, précisent ses organisateurs, l'Institut national du cancer (INCa) et le ministère de la santé.

Selon l'INCa, 90% des 3.000 cancers du col de l'utérus observés en France chaque année pourraient être évités grâce à un dépistage régulier par frottis réalisé tous les trois ans par toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans. Mais à l'heure actuelle, 40% de ces femmes ne font pas ces frottis régulièrement, «le plus souvent par manque de suivi gynécologique», précise l'INCa. Parmi elles on trouve principalement des femmes de 50 à 65 ans ou appartenant à des catégories socioéconomiques défavorisées ou encore habitant dans des départements à faible densité de médecins, notamment gynécologues.

L’importance des frottis

L'INCa rappelle à cet égard que les frottis peuvent également être réalisés par les généralistes et les sages-femmes ainsi que dans les hôpitaux, les centres de santé, les centre de planification familiale ou encore dans certains laboratoires d'analyse de biologie médicale. «Il est important de rappeler que le suivi par frottis ne s'arrête pas à la ménopause» indique encore l'INCa en expliquant que les anomalies évoluant lentement, «les frottis sont recommandés jusqu'à 65 ans et ce, même en l'absence de rapports sexuels».

Au delà des frottis qui «permettent de détecter des lésions précancéreuses et cancéreuses du col et ainsi de soigner plus précocement ce cancer, voire d'éviter son apparition», l'INCa recommande également la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) - responsables de la majorité des cancers du col de l'utérus - chez les jeunes filles dès l'âge de 11 ans. La campagne radio sera relayée par 9 grandes stations nationales ainsi que diverses stations communautaires.