Nourrissons de Chambéry: Le parquet de Marseille ouvre une information judiciaire

JUSTICE Les bébés auraient été contaminés par des poches de nutriments...

avec AFP

— 

Le parquet de Marseille a ouvert lundi une information judiciaire sur l'affaire des bébés morts contaminés par des poches alimentaires dans un hôpital de Chambéry, a annoncé le procureur Brice Robin à l'AFP
Le parquet de Marseille a ouvert lundi une information judiciaire sur l'affaire des bébés morts contaminés par des poches alimentaires dans un hôpital de Chambéry, a annoncé le procureur Brice Robin à l'AFP — Philippe Desmazes AFP

Le parquet de Marseille a ouvert ce lundi une information judiciaire sur l'affaire des bébés morts contaminés par des poches alimentaires à Chambéry, a annoncé le procureur Brice Robin à l'AFP.

Le parquet de Chambéry avait expliqué un peu plus tôt s'être dessaisi de l'enquête sur le décès de ces trois nourrissons, dont deux prématurés, morts les 6, 7 et 12 décembre, au profit du pôle de santé publique de Marseille «au regard de la technicité de l'affaire».

Des analyses en cours

Le parquet de Chambéry avait ouvert une enquête préliminaire sur le décès de ces trois nourrissons, dont deux prématurés, morts les 6, 7 et 12 décembre au service de réanimation néonatale de l'hôpital de Chambéry. Un quatrième nourrisson, qui présentait des symptômes identiques, a pu être sauvé in extremis.

Ces nourrissons auraient été contaminés par des poches de nutriments, administrées par perfusion, et qui contenaient un germe, actuellement en cours d'analyse à l'institut Pasteur à Paris.

Un laboratoire a reconnu avoir fourni des poches alilmentaires à l'hôpital

Le pôle de santé publique de Marseille a été institué par la loi du 4 mars 2002. C'est l'une des deux juridictions à compétence interrégionale spécialisées en matière sanitaire avec le pôle de Paris. Il instruit notamment un pan de l'affaire des prothèses mammaires PIP.

Le laboratoire normand Marette a reconnu ce lundi avoir fourni des poches alimentaires à l'hôpital de Chambéry mais assuré que rien ne permettait de mettre en cause la réputation de l'établissement à l'heure actuelle.