Serge Dassault: Fatah Hou, victime ou maître chanteur?

Jérôme Comin

— 

La cite de Corbeil-Essonnes compte parmi les quinze premieres zones de securite prioritaires du ministere de l'Interieur
La cite de Corbeil-Essonnes compte parmi les quinze premieres zones de securite prioritaires du ministere de l'Interieur — GELEBART/20 MINUTES

Il est l’un des personnages clés dans l’une des nombreuses affaires qui collent aux basques de Serge Dassault. Fatah Hou a déposé une plainte vendredi contre l’ex-maire UMP de Corbeil-Essonnes pour association de malfaiteurs, a-t-on appris ce lundi. Il reproche au célèbre avionneur français d'avoir pris part à un stratagème en vue d'organiser son arrestation et celle de deux autres hommes au Maroc, afin de les éloigner de Corbeil-Essonnes.

Visé par un proche de Dassault

Il faut dire que Fatah Hou, âgé de 33 ans, a la dent dure contre Dassault. Le 19 février 2013, il a été victime d’une tentative d’assassinat en plein cœur de Corbeil-Essonnes qui a failli lui coûter la vie. Pour lui, pas de doute, il a été visé car il voulait «balancer le système d’achat de votes. Ça a pourri la ville. Les balles qui ont traversé mon corps en sont la preuve (...) Je dirai ça à la justice», expliquait-il en novembre à l’AFP.

Identifié comme l’auteur des coups de feu par plusieurs témoins, le principal suspect, Younès Bounouara - mis en examen et incarcéré à la prison de la Santé après une longue cavale en Algérie - est en effet présenté comme un proche de Dassault et comme l’un des principaux acteurs dans le système d’achat de votes dans les cités sensibles de la ville. Mais si Fatah Hou, qui garde d’importantes séquelles de ce violent épisode, avec notamment un bras droit quasi-paralysé, se présente comme une victime, de nombreuses zones d’ombres entourent ce boxeur amateur.

Caméra cachée et rumeurs

Tout d’abord, lorsqu’il s’est fait tirer dessus en février, Fatah Hou était accompagné de René Andrieu, un ancien braqueur et figure des Tarterêts, qui a longtemps été proche de l’équipe de Dassault, avant de s’en éloigner. A Corbeil-Essonnes, la rumeur les désigne comme des maîtres chanteurs qui, après avoir filmé en caméra cachée Serge Dassault lors d’une discussion portant sur l'achat de voix des électeurs, ont menacé de divulguer le document au Canard Enchaîné. Mais le sénateur UMP aurait refusé de céder au chantage. Ce dernier a d’ailleurs décidé de porter plainte début novembre contre Fatah Hou pour «tentative d’extorsion de fonds», «chantage» et «menaces».

Ce lundi, les avocats de l'avionneur ont saisi le parquet d'Evry d'une nouvelle plainte pour «des appels téléphoniques malveillants réitérés, tentative d'extorsion de fonds, chantage, menaces, recel et complicité de ces délits». Mais aussi des SMS menaçants qui «s'intensifient» entre le 24 décembre 2013 et le 4 janvier et sont constitutifs «d'un réel chantage».

«Je veux qu'on arrête de me salir»

Dans ces messages, il est notamment question d'une future plainte visant le sénateur, le maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter et un diplomate marocain. «Je ne suis pas au courant de l'envoi de ces SMS, a réagi sur lepoint.fr Me Marie Dosé, avocate de Fata Hou. Cela ne concerne pas mon client.» 

Le boxeur amateur avait aussi nié ces accusations en novembre et expliquait qu’il n’était pas à l'origine, ni n’était le détenteur des fameuses vidéos dont des extraits ont fini par être diffusés sur Mediapart (article payant). «Ils ont gâché ma vie..., lâchait-il. Je veux qu'on arrête de me salir.» Auditionné à deux reprises par la police judiciaire de Versailles, Fatah Hou n’a pas encore été entendu par le trio de magistrats instructeurs en charge de ce dossier où Dassault a été placé sous le statut de témoin assisté.