Nourrissons morts à Chambéry: Il n’y a aucun autre cas suspect d’après Marisol Touraine

Vincent Vantighem

— 

L'entrée de l'hôpital de Chambéry (Savoie) où trois nourrissons sont morts contaminés par des poches de nutriments, le 4 janvier 2013.
L'entrée de l'hôpital de Chambéry (Savoie) où trois nourrissons sont morts contaminés par des poches de nutriments, le 4 janvier 2013. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

 Rassurer et prévenir les risques. Marisol Touraine s’est rendue, ce dimanche matin, à l’hôpital de Chambéry (Savoie), où trois nourrissons sont morts en décembre après avoir été contaminés par des poches de nutriments.

Après avoir rencontré les parents des bébés et l’équipe médicale, la ministre de la Santé a tenu à rassurer en assurant qu’il n’y avait, aujourd’hui, aucun autre cas suspect de bébé contaminé par des poches similaires en France.

Si des doutes demeurent…

Lors de cette conférence de presse improvisée, Marisol Touraine a également tenu à montrer sa détermination à découvrir ce qu’il s’est passé grâce à l’enquête en cours. «Si d’autres décisions doivent être prises dans les jours à venir, si des doutes demeurent, je prendrai les décisions», a-t-elle ainsi martelé.

Se faisant, la ministre n’a pas voulu communiquer le nom du laboratoire français qui a produit les poches de nutriments ayant causé la mort de Millie, Théo et Chloé, les trois nourrissons. «C’est toute la chaîne qui fait l’objet d’une enquête aujourd’hui. Je ne veux donc pas mettre en cause un laboratoire avant d’en savoir plus.»

L’Institut Pasteur missionné

Selon elle, il s’agit d’un grand laboratoire français connu et respecté qui «produit ce type de poches alimentaires depuis des années». L’Institut Pasteur a été missionné par le gouvernement pour déterminer les germes contenus dans les poches qui ont contaminés les bébés. «Les résultats des analyses seront connus dans les jours qui viennent», a conclu la ministre.

Se faisant, la ministre n’a pas voulu communiquer le nom du laboratoire français qui a produit les poches de nutriments ayant causé la mort de Millie, Théo et Chloé, les trois nourrissons. «C’est toute la chaîne qui fait l’objet d’une enquête aujourd’hui. Je ne veux donc pas mettre en cause un laboratoire avant d’en savoir plus.»