VIDEO. Sécu: Les remboursements ne diminueront pas, promet le gouvernement

SANTE François Hollande a fustigé des «excès» et «abus»...

avec AFP

— 

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, à Paris, le 14 octobre 2013.
Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, à Paris, le 14 octobre 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le gouvernement n'entend pas réduire la prise en charge des dépenses de santé des Français, a déclaré samedi sur Europe 1 la ministre de la Santé Marisol Touraine. Et ce alors que François Hollande souhaite dégager des économies sur la Sécurité sociale, fustigeant des «excès» et «abus» lors de ses voeux du 31 décembre.

«Nous ne devons pas, et ce n'est pas la politique du gouvernement, aller vers la réduction de la prise en charge, la multiplication des forfaits et des déremboursements», a appuyé Marisol Touraine. «C'est ce qu'a fait le gouvernement précédent et on voit que ça n'a pas servi à grand chose (...) puisque le déficit a continué de se creuser», a-t-elle ajouté. La ministre a précisé les «priorités» du gouvernement pour «mieux soigner tout en dépensant moins» : renforcer la part des médicaments génériques, inciter les patients à aller chez un médecin de proximité plutôt qu'à l'hôpital quand ce n'est pas nécessaire et développer la chirurgie ambulatoire (opération sans hospitalisation). Pour 2014, le déficit de la Sécu devrait être proche de 13 milliards d'euros.

>> Le détail des mesures d'économies pour cette année, c'est par ici

Décès de nourrissons: les lots de produit mis en cause retirés

Par ailleurs, elle a déclaré que «tous les lots» de poches de nutriments mises en cause dans le décès de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry avaient été «retirés». «Nous avons fait retirer tous les lots de produits qui étaient concernés, qui semblent avoir provoqué le décès de ces nourrissons, même si je ne veux pas me prononcer avant l'enquête de la justice», a déclaré la ministre. Le parquet a lancé une enquête.

«Il n'y a plus dans les hôpitaux, de produits semblables à ceux qui ont été utilisés à Chambéry», a affirmé Marisol Touraine. «C'est un accident gravissime qui justifie la mobilisation de toutes les autorités sanitaires», a-t-elle poursuivi. «Nous avons lancé des enquêtes administratives, en dehors même de la saisine de la justice», a poursuivi Marisol Touraine, qui a exprimé sa «solidarité et sa sympathie» aux familles qui ont perdu leur nourrisson.

«Je n'ai connaissance d'aucun autre élément grave, accident grave qui aurait pu être provoqué par l'utilisation de produits similaires», a indiqué la ministre.