L’incroyable optimisme des jeunes Français pour 2014

SONDAGE Près de trois jeunes sur quatre de 18 à 24 ans pense que 2014 sera une meilleure année que 2013 contre 24% chez les plus de 65 ans selon les résultats d’un sondage exclusif pour 20 Minutes...

Mathieu Bruckmüller

— 

A Strasbourg, le 6 juillet 2012. Des jeunes attendent les résultats du bac
A Strasbourg, le 6 juillet 2012. Des jeunes attendent les résultats du bac — FREDERICK FLORIN / AFP

Un chômage record, une croissance à zéro…Pas de quoi démoraliser les 18-24 ans. Selon un sondage exclusif* réalisé pour 20 Minutes par l’institut Polling Vox, 70% des jeunes Français anticipent que 2014 sera pour eux-mêmes une meilleure année que 2013.

Les retraités pessimistes

Un optimisme qui décline avec l’âge. Il tombe à 64% pour les 25-34 ans, 47% pour les 35-49 ans, 39% pour la tranche 50-64 et à 24% pour les 65 ans et plus. «Des résultats frappants qui traduisent, non pas une fracture générationnelle, mais un effet d’âge classique. Outre le travail, les jeunes ont plusieurs cordes à leur arc : l’amour, les amis, le sport, la santé… L’éventail des possibles se resserre à la retraite», décrypte Jérôme Sainte-Marie, président de Polling Vox.

Il avance deux autres explications. D’abord une forte sensibilité fiscale des personnes âgées puisque leurs revenus ne sont souvent plus amené à progresser comme lorsqu’ils étaient en activité. Et ils vont devoir mettre la main à la poche dans le cadre de la réforme des retraites qui prévoit outre un report de l’indexation annuelle des pensions sur l’inflation du 1er avril au 1er octobre, la fiscalisation de la majoration de 10% des pensions des retraités parents de trois enfants et plus. Par ailleurs, «les parents s’inquiètent beaucoup pour leurs enfants petits et grands. Les chiffres du sondage peuvent traduire une forte angoisse des aînés quant à l’avenir des plus jeunes», décrypte Jérôme Sainte-Marie.

A l’inverse, la confiance de ces derniers vient conforter une enquête pour les Apprentis d’Auteuil mené en décembre 2012. Elle  révélait que 78 % se pensaient être en mesure d’obtenir ce qu’ils veulent dans la vie.

«L’économie a touché le fond du trou», pour les jeunes

«L’optimisme des jeunes n’est pas si irréaliste. Ils pensent que le pire de la crise est passé et que l’économie a touché le fond du trou. Même si la reprise sera lente», estime Olivier Galland, sociologue et directeur de recherches au CNRS. Nuance de taille : la jeunesse reste clivée. Les diplômés s’insèrent plus facilement sur le marché du travail et arrivent tôt ou tard à décrocher le Graal : un CDI. Ils sont, de plus, soutenus par leur famille afin de réussir au mieux la transition entre les études et le monde  de l’emploi.

«Les perdants sont les pas ou peu diplômés, soit un jeune sur cinq», poursuit Olivier Galland. Selon l’Insee, le taux de chômage des actifs de 15-24 ans est aujourd’hui de 24,5% contre 10,5% pour l’ensemble de la population française. Quant au taux de pauvreté des 18-24 ans, il dépasse la barre des 20%.

*Méthodologie :

Sondage réalisé, avec le soutien de Clameo.fr, par téléphone du 12 au 14 décembre 2013, auprès d’un échantillon national représentatif de 1008 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.