Anelka fête un but avec une «quenelle», «une spéciale dédicace pour mon ami humoriste Dieudonné»

POLEMIQUE Le geste suscite une grosse polémique...

M.B. avec AFP

— 

Anelka fête un but avec une «quenelle», le 28 décembre 2013
Anelka fête un but avec une «quenelle», le 28 décembre 2013 — IAN KINGTON / AFP

Dieudonné fait des émules. Nicolas Anelka, auteur d'un doublé samedi avec West Bromwich Albion en championnat d'Angleterre, a fêté son premier but du jour avec le signe controversé de la «quenelle», rendu populaire par l'humoriste-polémiste. Après sa première réalisation contre West Ham (3-3), l'ancien attaquant de l'équipe de France a fêté sa réussite par une «quenelle», salut antisémite d'après certains, simple bras d'honneur anti-système selon d'autres.

Share photos on twitter with Twitpic

La ministre des Sports, Valérie Fourneyron a estimé sur Twitter, que «le geste d'Anelka est une provocation choquante, écoeurante».

Le Congrès juif européen a appelé samedi les responsables de la Ligue Un anglaise de football à suspendre le Français Nicolas Anelka, l'accusant d'avoir fait un «salut nazi».

«Mécanique de la haine», dénonce Valls

Et Anelka n'en est pas à sa «première quenelle».

Ce geste intervient le jour même ou le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est déclaré déterminé à interdire les spectacles de l'humoriste, ceux-ci relevant selon lui d'une «mécanique de la haine».

«Je suis au courant, mais cela n'a rien à voir avec tout ce qui se dit», a cependant assuré après la rencontre Keith Downing, l'entraîneur intérimaire de WBA, au sujet du geste d'Anelka: «Il n'est absolument pas au courant du problème autour de ça et des interprétations qui ont été faites. Il est complètement surpris par l'ampleur que cela a pris.»

«C'était juste une célébration dédiée à un humoriste français (NDLR: Dieudonné) dont il est très très proche. Celui-ci utilise ce geste dans ses spectacles, et je pense que maintenant il faut arrêter ces spéculations. C'est vraiment n'importe quoi», a insisté Downing.

Anelka, «plus libre» à l'étranger, selon l'avocat de Dieudonné

De son côté, Joint par BFMTV, l’avocat de Dieudonné, Sanjay Mirabeau, «ne peux pas interpréter la volonté du joueur, mais je pense que comme il est à l’étranger, il est plus libre et en dehors de l’ordre public médiatique français. Je sais qu’en Angleterre et aux Etats-Unis, ce geste n’a ni le même impact, ni la même signification» qu’en France.

A voir, car peu avant 20h00, le footballeur explique sur Twitter, que «ce geste était une spéciale dédicace pour mon amis humoriste Dieudonné».

L'enfant terrible du football français a inscrit un second but samedi, cinq minutes après le premier, sans cette fois rééditer le geste controversé.

Anelka, 34 ans, au coeur de nombreuses polémiques depuis ses débuts professionnels, avec notamment une insulte fameuse lancée au sélectionneur Raymond Domenech lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, était revenu en Angleterre cet été. Il n'avait pas encore inscrit le moindre but lors de ses huit premiers matches cette saison sous les couleurs de WBA.

Un statut de joueur incompris

Caractériel pour les uns, timide pour les autres, Anelka, qui a quitté son club formateur, le PSG, à 17 ans car il estimait ne pas jouer assez, revendique depuis des années un statut de joueur incompris.

Après avoir percé à Arsenal, le joueur a ensuite rejoint en 1999 le Real Madrid.

Rapidement en conflit ouvert avec les cadres madrilènes, il est ensuite revenu au PSG avec un transfert astronomique. La greffe n'a pas pris et Anelka a alors ensuite enchaîné les épisodes plus ou moins longs dans de nombreux clubs, avec une préférence certaine pour l'Angleterre entrecoupé par une aventure en Turquie.