Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 14 décembre 2014 à Paris.
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 14 décembre 2014 à Paris. — WITT/SIPA

Société

Manuel Valls veut «en finir avec l'impunité et la complaisance» auxquelles Dieudonné a eu «le droit»

JUSTICE – Le ministre de l’Intérieur va donner instruction aux préfets d'«apprécier si le risque de trouble est caractérisé et justifie d'interdire la représentation»...

Le gouvernement est décidé à agir face aux débordements de Dieudonné. Le ministre de l'Intérieur veut «casser» la «mécanique de haine» de Dieudonné et «en finir avec l'impunité et la complaisance» auxquelles l'humoriste controversé «a eu droit», explique-t-il ce samedi dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France.

«Quand on s'en prend avec une telle hargne à des journalistes du fait de leur patronyme, du fait qu'ils sont juifs, ce n'est pas tolérable. Quand Dieudonné insulte la mémoire des victimes de la Shoah, c'est insoutenable. Ca suffit. Il faut casser cette mécanique de haine», martèle Manuel Valls. Il fait là référence aux attaques récentes dont ont été victimes les journalistes de France Inter Patrick Cohen et de la Chaîne parlementaire Frédéric Haziza.

Valls «espère» une interdiction dès 2014

Le ministre de l’Intérieur précise qu'il va donner instruction aux préfets, à l'occasion de chaque spectacle, d'«apprécier si le risque de trouble est caractérisé et justifie d'interdire la représentation».

Il admet qu'«arriver à l'interdiction peut prendre du temps. Mais nous ferons tout pour y arriver, car il faut en finir avec l'impunité et la complaisance auxquelles Dieudonné a eu droit». Manuel Valls ne veut «écarter aucune possibilité, y compris un durcissement de la loi» et «espère» parvenir à une interdiction dès 2014.

Pour le ministre, «depuis longtemps, Dieudonné n'est plus un comique et sa démarche ne relève plus de la création. Pour tout dire, il ne fait plus rire personne. Ses spectacles sont devenus des réunions publiques où il déverse sa haine».