Aix-en-Provence: La maire Maryse Joissains ressort libre de garde à vue

JUSTICE Elle était entendue dans le cadre d'une affaire d'emplois présumés fictifs ou de complaisance...

20 Minutes avec AFP
— 
Maryse Joissains-Masini (UMP), maire UMP d'Aix-en-Provence, le 15 novembre 2013.
Maryse Joissains-Masini (UMP), maire UMP d'Aix-en-Provence, le 15 novembre 2013. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Maryse  Joissains-Masini, la maire (UMP) d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), est resortie libre de garde à vue, jeudi soir. Elle était entendue dans le  cadre d'une enquête sur des emplois présumés fictifs ou de  complaisance, a-t-on appris de source judiciaire.

Elle était entendue par la brigade financière  de la police judiciaire de Marseille, sur commission rogatoire d'un  juge d'instruction aixois, dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence et détournement de  fonds publics, selon une source proche du dossier, confirmant une  information de France 3 Provence-Alpes.

Aucune charge

Elle est «ressortie libre en fin de journée et sans aucune  charge contre elle», a indiqué la directrice de la communication de la  ville d'Aix-en-Provence, Isabelle Loriant, assurant qu'elle était «sereine» et qu'elle donnerait une conférence de presse vendredi à la  mairie d'Aix-en-Provence pour s'expliquer.

«Sa garde à vue visait également à éviter une éventuelle nullité de procédure», a ajouté Isabelle Loriant. Plusieurs personnes ont déjà été entendues et deux  perquisitions ont eu lieu ces derniers mois dans les locaux de l'hôtel  de ville et de la Communauté du pays d'Aix (CPA), qu'elle préside.

Recrutement suspect

Dans la ligne de mire des enquêteurs, selon une autre source,  le rôle du directeur des services de la CPA, la promotion de son  chauffeur en catégorie A, le plus haut grade dans la fonction publique,  et le recrutement des enfants de ce dernier à la CPA, dont la réalité du  travail a été mise en cause. L'un d'eux était employé comme surveillant  de piscine et un autre au musée Granet.

La mairie d'Aix est depuis 2001 tenue par Maryse Joissains,  71 ans, qui brigue un nouveau mandat en mars 2014. La gauche espère  reprendre la ville à la droite qui part divisée.