Bayrou, opéré de la main, est sorti de l'hôpital

FAITS DIVERS Il a été victime d'une chute en essayant d'escalader un grillage...

avec AFP

— 

Francois Bayrou, président du Modem, au siège de son parti au 133 rue de l'université à Paris, le 07 mars 2012.
Francois Bayrou, président du Modem, au siège de son parti au 133 rue de l'université à Paris, le 07 mars 2012. — VINCENT WARTNER/20 MINUTES

François Bayrou, président du Modem et candidat à la mairie de Pau, est sorti lundi de l'hôpital où il avait été admis samedi pour y être opéré de la main à la suite d'une chute, a-t-on appris auprès de l'établissement et de l'intéressé.

«Il est sorti à 15h afin de pouvoir passer Noël en famille», ont indiqué les services de l'hôpital de Pau à une correspondante de l'AFP.

«Tout est bien qui finit bien, je vais pouvoir passer les fêtes de fin d'année à mon domicile, auprès des miens, dans mon village de Bordères, avec quelques réunions de travail au menu», s'est réjouit François Bayrou auprès de l'AFP. «Je pense que je vais récupérer rapidement la mobilité de ma main et de mes doigts, sans problèmes supplémentaires», a-t-il ajouté, évoquant toutefois une «blessure un peu lourde».

Candidat à Pau

François Bayrou, 62 ans, a été victime d'une chute samedi en essayant d'escalader un grillage haut de 2,50 m au Stade du hameau, à Pau, où il s'apprêtait à assister au match de championnat de France Pro D2 de rugby opposant Pau à Colomiers. Il a été opéré samedi soir de multiples fractures et de lésions à la main gauche.

Aux municipales de mars prochain, le président du MoDem tentera pour la seconde fois, après un premier échec en 2008, d'enlever la mairie de Pau au Parti socialiste, dont le député-maire sortant, Martine Lignères-Cassou, ne se représente pas.

C'est un autre député PS, David Habib, qui tente de garder la plus grande cité béarnaise dans le giron socialiste. Si Alain Juppé, ancien Premier ministre UMP et maire de Bordeaux, a publiquement apporté son soutien à François Bayrou, l'UMP présente cependant sa propre liste, à l'instigation de son président, Jean-François Copé, qui reproche au président du MoDem d'avoir appelé à voter pour François Hollande au 2e tour de l'élection présidentielle en 2012.