Le cannibale supposé des Pyrénées mis en examen

JUSTICE Jérémy Rimbaud, un ancien militaire de 26 ans, a été mis en examen «assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre»...

20 Minutes avec AFP
— 
Jérémy Rimbaud, un ancien militaire de 26 ans, a été mis en examen vendredi à Pau pour "assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre" pour le meurtre particulièrement sauvage, mi-novembre, d'un nonagénaire dont il dit avoir mangé le coeur et la langue.
Jérémy Rimbaud, un ancien militaire de 26 ans, a été mis en examen vendredi à Pau pour "assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre" pour le meurtre particulièrement sauvage, mi-novembre, d'un nonagénaire dont il dit avoir mangé le coeur et la langue. — Gaizka Iroz AFP

Jérémy Rimbaud, un ancien militaire de 26 ans, a été mis en examen  vendredi à Pau pour «assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre»  pour le meurtre particulièrement sauvage d'un nonagénaire.

Présenté pour la première fois à un magistrat instructeur,  l'ex-caporal, qui restera dans une unité psychiatrique spécialisée à  Cadillac (Gironde) où il est interné depuis le 21 novembre, a aussi été  mis en examen pour tentative d'assassinat sur un autre homme qu'il avait  agressé le même jour, a indiqué à des journalistes le vice-procureur  Sébastien Ellul.

«Assassinat, atteinte à l'intégrité d'un cadavre et tentative d'assassinat»

Le jeune homme est arrivé vers 09H20 au Palais de justice dans un  fourgon de gendarmerie, vêtu d'un pull rayé beige et marron et d'un  pantalon noir, la tête dissimulée sous un blouson beige. Il a ensuite  été entendu par un juge du pôle de l'instruction de Pau, Isabelle  Ardeef, qui pilote l'information judiciaire ouverte le 26 novembre pour  «assassinat, atteinte à l'intégrité d'un cadavre et tentative  d'assassinat».

Jérémy Rimbaud a ensuite été présenté à un juge des libertés et de la  détention (JLD). A l'issue d'un courte audience tenue à huis clos, le  magistrat a prononcé son placement en détention. Une mesure qui équivaut  pour lui à rester interné à Cadillac, où il se trouve depuis le 21  novembre en raison de son état psychique et de sa dangerosité, après un  bref passage dans une institution de Lannemezan (Hautes-Pyrénées).

Plusieurs jours d'errance

Il avait été interpellé sans heurt la nuit suivant les faits, le 15  novembre dernier, alors qu'il errait sur une route de campagne.

Cet ancien marsouin du régiment d’infanterie de chars de marine  (RICM) de Poitiers avait alors expliqué aux gendarmes comment il s'était  introduit chez Léopold Pédèbidau, 90 ans, à Nouilhan (Hautes-Pyrénées),  un village de 200 âmes. Comment il lui avait fracassé le crâne avec un  outil métallique, improvisé un bûcher puis prélevé et mangé le coeur et  la langue du vieillard.

«Délire mystique»

Au domicile du nonagénaire, près de son corps, de la chair cuite  avait été retrouvée dans une assiette de haricots.

En plein «délire mystique», il avait invoqué «un message d'origine  supérieure» pour expliquer son acte. Les analyses toxicologiques n'ont  mis en évidence chez lui aucune trace d'alcool ou de stupéfiants au  moment des faits.