Finistère: Fausse alerte à la bombe devant une trésorerie

SOCIETE L'engin explosif s’est révélé factice…

avec AFP

— 

Google map de Lanmeur, dans le Finistère.
Google map de Lanmeur, dans le Finistère. — Capture d'écran 20 Minutes

Des élèves d'une école maternelle ont été évacués jeudi matin à Lanmeur (Finistère) après la découverte devant la trésorerie locale d'un engin explosif, qui s'est révélé factice, accompagné d'inscriptions en breton, a-t-on appris auprès de la préfecture et du parquet de Brest.

L'objet suspect, un extincteur muni d'un détonateur, était «une simulation, ce n'était pas un vrai engin», a indiqué la préfecture du Finistère à l'AFP.

Des inscriptions en breton ont été retrouvées à proximité de l'engin, a précisé le parquet de Brest. «Il y avait des inscriptions en breton, mais pas de revendication», a déclaré cette source, faisant notamment état de l'inscription sur l'un des murs de la trésorerie du sigle «ARB».

«Pas de revendication»

Celui-ci peut renvoyer à l'Armée révolutionnaire bretonne, organisation qui avait signé un certain nombre d'attentats à la bombe contre des trésoreries dans les années 1970, mais aussi à l'Argad résistance bretonne («argad» signifie «à l'attaque», en breton), un mystérieux groupe qui a revendiqué en novembre dernier des attaques contre des radars routiers dans la région.

A la suite de la découverte de l'engin, dans la matinée, un périmètre de sécurité de 150 mètres a été mis en place. Une cinquantaine d'élèves d'une école maternelle ainsi que la trésorerie, des commerces et des logements ont été évacués pendant quelques heures, a précisé la préfecture.

Une équipe de démineurs de Brest s'est rendue sur place et a finalement fait exploser l'engin, a ajouté cette source, selon qui tout était revenu dans l'ordre à la mi-journée. Une enquête a été ouverte et confiée au SRPJ de Rennes