Propos sur les Roms: Jean-Marie Le Pen condamné à 5.000 euros d'amende

JUSTICE Le fondateur du Front national a été reconnu coupable d'injure publique...

avec AFP

— 

Jean-Marie Le Pen à Paris le 17 novembre 2013.
Jean-Marie Le Pen à Paris le 17 novembre 2013. — LCHAM/SIPA

Le fondateur du Front national Jean-Marie Le Pen, 85 ans, a été condamné à 5.000 euros d'amende pour ses propos sur les Roms. Le tribunal correctionnel de Paris l'a déclaré coupable d'injure publique envers un groupe de personnes en raison de son appartenance à une ethnie. 

Une peine de deux mois de prison avec sursis avait été requise mi-novembre à l'encontre du président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, pour ses propos selon lesquels «comme les oiseaux», les Roms voleraient «naturellement».

La représentante du parquet, Annabelle Philippe, a estimé «parfaitement constitué» le délit d'injure à caractère racial, demandant au tribunal correctionnel de Paris de le condamner également à une amende de 10.000 euros. Le 22 septembre 2012 à l'université d'été du Front national à la Baule (Loire-Atlantique), Jean-Marie Le Pen avait enchaîné les provocations sur l'immigration, thème fétiche du parti, sous les yeux de sa fille Marine.

Moquant les Roms, il avait suscité rires et applaudissements nourris en leur attribuant la phrase : «Nous, nous sommes comme les oiseaux, nous volons naturellement». »Jean-Marie Le Pen croit certainement que les Roms sont une race inférieure», a dénoncé Pierre Mairat, avocat et co-président du Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples).

«Attiser la haine»

«Il leur prête un attribut de vol génétique, héréditaire», qui nourrit un «sentiment de haine et de détestation», a-t-il poursuivi, rappelant que des camps de Roms ont été incendiés en France. «Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit», a-t-il rappelé. L'avocat de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) Me Stéphane Lilti a évoqué le «profond sentiment de dégoût» qui peut surgir en voyant la «jubilation de Jean-Marie Le Pen» de ce «calembour raciste».

Essayant de contrer par avance les arguments de l'avocat de Jean-Marie Le Pen, qui plaide la controverse politique et l'humour, il a ajouté «si c'est un humoriste, c'est un humoriste à la Dieudonné». Pour son confrère Mario Pierre Stasi, conseil de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), il ne s'agit ni d'humour, ni de controverse politique, mais de propos nauséeux».

«On attise la haine», a renchéri son confrère Me Patrick Klugman, pour SOS Racisme, estimant «facile» de désigner les Roms à la vindicte. L'avocat de M. Le Pen, Me Wallerand de Saint-Just a plaidé la relaxe, estimant que «non seulement c'est de l'humour», mais «c'est anodin, dérisoire».