VIDEO. Ouverture de Burger King: «On fait bien la queue pour une attraction à Disneyland»

Mathieu Gruel

— 

La file d'attente devant le restaurant Burger King, qui ouvrait ses portes à Paris, lundi 16 décembre 2013
La file d'attente devant le restaurant Burger King, qui ouvrait ses portes à Paris, lundi 16 décembre 2013 — A. GELEBART / 20 MINUTES

«On avait prévu le coup.» Au premier étage de la gare Saint-Lazare, une file d'attente interminable serpente devant Burger King. Un imposant service de sécurité veille au grain. Et laisse rentrer au compte goutte. Il est 16h30 ce lundi. Une demi heure plus tôt, le roi du burger ouvrait les portes de son restaurant parisien. Le premier depuis la fermeture de l’enseigne, en 1997.

Vidéo: Jonathan Duron

>> Pour lire notre décryptage de la communication de Burger King, c'est par ici

Et l'info, largement relayée sur les réseaux sociaux, a fait rappliquer les fans. En masse. Corentin et Grégoire, qui ont vu ça sur Facebook, sont de ceux-là. Ils sont arrivés il y a 20 minutes, mais devront patienter encore trois quart d’heure, avant de pouvoir commander Whoppers et autre Oignons ring. Les spécialités maison.

Aller-retour à Reims

Non loin dans la file d'attente, Wassim, 26 ans, «avait entendu que ça ouvrait demain». Dans le doute, il est quand même passé dans la matinée. Mais «quand j’ai vu les rambardes, je me suis dit que ça devait ouvrir aujourd'hui». Alors, après un détour par la fac, il est revenu faire le pied de grue devant l'établissement.

Et attendre une heure ne lui fait pas peur. «Des fois, on fait bien la queue plus longtemps pour une attraction à Disneyland», relativise le jeune homme. Quand on aime, on ne compte pas. Lui avait d'ailleurs fait l'aller-retour à Reims, il y a quelques mois. Histoire d’assouvir un besoin de Burger King «et aussi pour le fun».

A l’intérieur du restaurant, bondé, Abdel et Elhadj prennent la direction de la sortie. Ils ont l'air ravi, malgré une attente de près d’une heure avant d’avoir pu passer commande. «Sortis des cours exprès», ils viennent d'engloutir leur menu et ont déjà prévu de revenir. Pourquoi? «Bah parce que c'est américain. Nous tout ce qui est américain, ça nous attire!»

«Tout ça pour un burger»

Assis à une table avec un ami, Alexis est lui aussi venu «par plaisir», lâche-t-il.  Devant lui, quelques frites et un sandwich qu’il ne terminera pas. Informé à midi de l'ouverture, il a séché les cours pour venir, mais «n'avais même pas très faim».

Devant cette afflux de consommateurs, Marie, affiche un sourire. Pour son premier jour, cette salariée se réjouit «de cette belle ambiance» dans le restaurant, qui doit fermer ses portes à minuit. Mais à l'extérieur, il y a quelques réticents.

Comme Ghislain et Baptiste, qui s’éloignent de la foule, l’air dépité. «Tout ça pour un burger, c’est n’importe quoi», estiment les deux potes. Quant à Alexandre, qui reste posté devant la file d’attente «impressionnante», il n’est pas près à faire une heure de queue.

Un peu plus loin, à une table du Starbuck Café, qui jouxte Burger King, Boris et Marine étaient venus vérifier que le restaurant ouvrait bien aujourd'hui. Ils attendront pourtant avant d’en profiter. «Il y a trop de monde.» Et puis, «on a attendu des années, on peut patienter encore un peu».