Des employés licenciés par SMS dans le Pas-de-Calais

TRAVAIL Douze employés ont fait les frais de ce type de licenciement à Béthune...

A.-L.B.

— 

Illustration d'un homme avec un téléphone.
Illustration d'un homme avec un téléphone. — Nam Y. Huh/AP/SIPA

Apprendre son licenciement par SMS, c’est possible. Douze employés de la société Discopar à Bethune (Pas-de-Calais) ont récemment fait les frais de ce type d’annonce, rapporte ce lundi matin Europe 1, reprenant une information de La Voix du Nord.

A ses commerciaux partis sur les routes avec leur voiture de fonction, cette société placée en liquidation judiciaire mi-novembre a écrit le 28 novembre le SMS suivant: «Voilà, vous rentrez, c’est fini. La boîte est fermée», rapporte un témoin cité par la station.

«Voilà, vous rentrez, c'est fini»

Matt Lerroux, salarié de cette société spécialisée dans la coiffure et l'esthétique, raconte que les commerciaux «ont dû ramener leur voiture, parce qu’ils avaient une voiture de fonction, ils ont dû rendre leur véhicule sur-le-champ, reprendre leurs effets personnels et rentrer chez eux». Il ajoute: «On est tous très très en colère parce qu’on n’a ni plus ni moins été licenciés comme des malpropres, du jour au lendemain, et encore, même pas. D’une minute à l’autre, on nous a appris que c’était terminé».

La radio rappelle que ce type de licenciement est légal. La Cour de cassation a considéré en juillet 2013 qu’un licenciement peut être annoncé par SMS, tant que l’employeur peut prouver que son employé licencié a reçu son message. Le code du travail exige qu’un licenciement soit notifié par une lettre recommandée. Mais cette lettre avec accusé de réception ne sert qu’à établir une date incontestable de l’annonce du licenciement.