Le policier retrouvé mort dans le bois de Chelles avait un film plastique sur la tête

FAITS DIVERS Les enquêteurs tentent de comprendre s'il s'agit d'un suicide ou d'un meurtre...

avec AFP

— 

Illustration: Un policier, police française.
Illustration: Un policier, police française. — BORIS HORVAT / AFP

Le policier parisien retrouvé mort dans une voiture avec une balle dans la tête avait un film plastique fixé avec du scotch autour du visage et les enquêteurs tentent de comprendre s'il s'agit d'un suicide ou d'un meurtre, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Le corps du policier, un gardien de la paix de 34 ans qui travaillait à la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), a été retrouvé «dans l'habitacle» du véhicule en Seine-et-Marne, «avec un film plastique enroulé autour du visage», fixé avec du gros scotch, a indiqué une source policière.

Une autopsie jeudi

Cela «a été fait soigneusement» et on a «du mal à penser que quelqu'un le lui a fait de force», a précisé une source judiciaire. L'autopsie devait avoir lieu jeudi après-midi et les enquêteurs scruteront les résultats de analyses, pour savoir si le policier avait par exemple de la drogue dans le sang. L'arme de service du policier a été retrouvée dans la voiture, mais les enquêteurs doivent encore déterminer si c'est elle qui a servi à tirer le coup de feu mortel.

En attendant, tentative de suicide par étouffement suivie d'un tir mortel ou acte criminel, «toutes les pistes restent ouvertes», a ajouté la source policière, soulignant qu'aux abords du lieu où a été découvert le corps, dans un bois de Chelles, «rien n'indique ni n'exclut la présence de quelqu'un d'autre».

Le policier n'avait pas réapparu depuis au moins deux jours, et sa disparition était considérée comme inquiétante. C'est sa mère qui l'avait signalée, depuis Bourg-en-Bresse (Ain), a précisé la source policière. Pour retrouver sa trace, les policiers ont analysé les données du téléphone du policier, cherchant les dernières bornes activées, c'est-à-dire celles avec lesquelles son appareil avait communiqué.

La police judiciaire de Versailles a été chargée de l'enquête.