Quelles sont les conséquences sur la santé des particules?

POLLUTION Alors que certaines régions françaises traversent un épisode de pollution aux particules, «20 Minutes» fait le point sur les risques pour votre santé...

Oihana Gabriel, avec AFP

— 

Illustration diesel à la pompe.
Illustration diesel à la pompe. — A. GELEBART / 20 MINUTES

L'épisode de pollution aux particules, favorisé par un temps froid, sec et sans vent, continuait jeudi d'affecter une partie de la France, et notamment la région parisienne qui maintenait son niveau d'alerte pour le quatrième jour consécutif. Ce qu'il faut savoir sur les risques pour la santé.

Qui est à l’origine de cette pollution ?

Ces particules sont générées par l'industrie, le chauffage, mais aussi par les véhicules au diesel. Selon le rapport d'avril du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa), cité par Le Monde, les principaux secteurs responsables sont la transformation d'énergie par l'industrie (31%); la combustion de bois pour chauffer les habitations (30%); l'agriculture avec l'utilisation d'engrais (20%); et les transports, du fait notamment de la combustion de diesel (15%). Malgré sa dangerosité avérée, le diesel continue de bénéficier d'une fiscalité favorable en France, où il représente 60% du parc automobile.

Quelles sont les conséquences sur la santé ?

Les particules peuvent provoquer de l'asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires. Les plus fines d'entre elles (moins de 2,5 microns), qui pénètrent dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires et le sang, ont été classées «cancérogènes certains» par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon l'OMS, ces particules seraient responsables de 42 000 morts prématurées par an en France.

Retrouvez l'interview en vidéo de Bernard Jomier,  médecin généraliste et élu écologiste parisien, qui explique que cette pollution pourrait être responsable de maladie neurologiques, cardiovasculaires et de cancers.

 

 

Les Parisiens peuvent déjà ressentir les effets néfastes de cette pollution sur leur santé avec une gêne respiratoire ou une irritation des yeux par exemple. L’Ile-de-France est particulièrement concernée, notamment dans les zones près des routes. Ces pollutions cancérigènes touchent trois millions de Franciliens, selon Airparif. «Mais c’est surtout sur le long terme que ce genre d’épisode de pollution peut avoir un effet avec une augmentation des bronchiolites, des bronchites ou des rhinopharyngites», détaille-t-on du côté d’Airparif.

Quels conseils suivre ?

Dans les régions concernées, «il est demandé notamment de ne pas utiliser les cheminées à bois», «de limiter l'usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules», «de réduire les vitesses» ou encore «de respecter l'interdiction de brûlage de déchets verts», a rappelé le ministère de l’Ecologie. En Ile-de-France, la préfecture a instauré, mercredi, une baisse de 20 km/h sur toutes les routes où les vitesses maximales sont supérieures ou égales à 80 km/h et a notamment appelé à « limiter l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules », ainsi que « les transports routiers de transit ». 

Et les personnes les plus fragiles doivent prendre des précautions. Airparif conseille aux personnes âgées, asthmatiques ou fragiles d’éviter les efforts physiques trop intenses et aux parents de ne pas prolonger leurs sorties avec leurs enfants en bas âge.