Education: Revivez l'annonce des résultats de l'enquête Pisa et les réactions

E.O. avec AFP

— 

Un professeur remet ses manuels scolaires à un élève dans un collège à Nantes.
Un professeur remet ses manuels scolaires à un élève dans un collège à Nantes. — F. ELSNER / 20 MINUTES
20h07: Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi.
Retrouvez ici les propositions du ministre de l'Education, Vincent Peillon, pour améliorer le niveau des élèves.
15h05: Il faut «mener ensemble la refondation républicaine de l'école», dit Peillon
Interrogé par Jean-Louis Borloo lors des questions au gouvernement à l'Assemblée, le ministre de l'Education a expliqué souhaiter «que tous les enfants puissent réussir». «Cela suppose un certain nombre d'actions résolues», a-t-il poursuivi, citant la capacité de «produire des réformes» ou la remise en place de «le formation initiale des enseignants».

15h05: Il faut «mener ensemble la refondation républicaine de l'école», dit Peillon
Interrogé par Jean-Louis Borloo lors des questions au gouvernement à l'Assemblée, le ministre de l'Education a expliqué souhaiter «que tous les enfants puissent réussir». «Cela suppose un certain nombre d'actions résolues», a-t-il poursuivi, citant la capacité de «produire des réformes» ou la remise en place de «le formation initiale des enseignants».

14h40: Vincent Peillon:«Ces résultats nous obligent à tenir la promesse de la refondation de l'école»
Le ministre a par ailleurs remercié «l'OCDE d'avoir souligné que nos réformes vont dans le bon sens».
 
14h30 Vincent Peillon : «Les résultats de Pisa sont préoccupants»
«Les résultats de Pisa sont préoccupants à plus d'un titre : ils marquent la baisse du niveau moyen en maths, un accroissement des écarts de niveaux entre élèves et une aggravation des déterministes sociaux», a déclaré le ministre de l’Education lors d’une conférence de presse. «Ces résultats sont inacceptables», a-t-il insisté, ajoutant que «le drame de notre pays c'est l'inégalité».

14h26: «Un accident majeur de notre système éducatif dans son ensemble» pour Bayrou
L'ex-ministre de l'Education et président du MoDem estime que le recul de la France dans l’enquête Pisa, «aggravé par l'accroissement des inégalités scolaires en fonction des inégalités sociales, notamment pour les élèves issus de l'immigration, et par une dégradation de la discipline à l'école, traduit un accident majeur de notre système éducatif dans son ensemble».
«Si cet accident se poursuit, il empêchera durablement tout redressement du pays», poursuit François Bayrou dans une déclaration à l’AFP. Selon lui, il faut «commencer par réfléchir aux raisons pédagogiques et au travail méthodique qui pourra permettre à la France d'améliorer fortement et rapidement» la «transmission des fondamentaux».

14h20: Pour le FN, les résultats de l’enquête sont «une photographie cruelle des échecs UMPS»
«La dégradation du système éducatif français, que révèlent la baisse du niveau des élèves et le creusement des inégalités, n'a cependant rien d'étonnant», écrit le Front national dans un communiqué. «L'école de la République a tourné le dos à la méritocratie, sapant du même coup l'autorité du maître et la discipline. Les conditions d'un bon apprentissage ne sont plus réunies dans nombre de nos établissements scolaires, gangrenés par le communautarisme et la violence», estime le parti frontiste.

14h08: L'enquête doit servir d'«électrochoc», selon Jean-Marc Ayrault
Le Premier ministre estime que le recul de la France dans l'enquête internationale Pisa sur l'éducation doit «servir d'électrochoc» et appelle à soutenir les réformes engagées qui «vont porter leurs fruits».
«Les écoles de formation des professeurs viennent de se mettre en place à la rentrée, l'organisation du temps scolaire à l'école primaire pour que les enfants apprennent mieux les fondamentaux avec une demi-journée de plus c'est en train de se mettre en place», a listé le Premier ministre.
.
13h36: Le PS incrimine «10 années de droite au pouvoir»
Le Parti socialiste estime que le recul du classement des élèves français de 15 ans dans le classement mondial Pisa est le résultat de  «10 années de droite au pouvoir», après la publication de cette étude.  «Les résultats de notre système éducatif, évalués par le test PISA entre 2009 et mai 2012, montrent à quel point la précédente majorité a délaissé l'éducation», affirme le PS dans un communiqué.
13h20: L’enquête «redonne les vraies priorités» selon le SNUipp-FSU
«La dernière livraison PISA qui mesure les résultats en français, mathématiques et culture scientifique des élèves de 15 ans vient confirmer une singularité terrible de notre système éducatif : l'écart qui sépare les plus forts des plus faibles continue de grandir et la proportion des élèves en grande difficulté ne cesse de s’accroître depuis les années 2000», écrit le syndicat dans un communiqué.

11h35: Laurent Wauquiez voit une «alerte rouge» dans l’enquête»
L'ex-ministre de l'enseignement supérieur Laurent Wauquiez (UMP) a vu une «alerte rouge» dans l'enquête Pisa sur les élèves de 15 ans, appelant le gouvernement à se préoccuper d'illettrisme plutôt que de semaine de quatre jours et demi.
Le député d'opposition a relevé, sur BFMTV et RMC: «de façon constante, depuis un certain nombre d'années, la France décroche sur le système scolaire». Il a cité «deux raisons : d'abord, on cherche à traiter tous les enfants exactement de la même manière». «Le collège unique aboutit de fait à du massacre et pour ceux qu'on a besoin de stimuler et pour ceux qu'on a besoin d'accompagner». Ensuite, «le décrochage a lieu aujourd'hui en France surtout au niveau du primaire».
 
11h30: Les faits marquants de l'enquête en France
 
 
11h25: Comment est organisée l’enquête?
En France, la direction des statistiques du ministère de l'Education nationale (Depp) a fourni à un organisme spécialisé dans l'échantillonnage, Westat, situé aux Etats-Unis, la liste de tous les établissements dans lesquels sont scolarisés des élèves de 15 ans, explique à l’AFP Sophie Vayssettes, analyste à la direction de l'éducation de l'OCDE. Westat a ensuite établi un échantillonnage aléatoire de 230 établissements pour la France dans lesquels 35 élèves de 15 ans ont été sélectionnés au hasard pour passer les tests. Les établissements sélectionnés sont informés et la Depp se charge d'y faire passer les tests, préparés par ACER (Australian Council for Educational Research), sous la supervision de l'OCDE, avec l'aide d'experts internationaux afin de s'assurer qu'il n'y a pas de biais culturel notamment.
Outre les tests cognitifs, un questionnaire porte sur l'environnement familial, socioculturel et scolaire des élèves et l'impact sur leurs performances. Un questionnaire a été remis aux chefs d'établissement pour évaluer le climat scolaire ainsi que l'organisation et la gestion des établissements.
Les données préliminaires sont reçues l'année suivante entre avril et juin et permettent de commencer à vérifier la qualité des données ou de repérer les éventuels problèmes, selon Sophie Vayssettes.
 
11h20: 65 pays, 510.000 jeunes
L'OCDE publie depuis 2000, tous les trois ans, les résultats de l'enquête Pisa sur les connaissances et les performances des élèves de 15 ans dans trois disciplines : la lecture, les mathématiques et les sciences. L'accent a été mis en 2012 sur les maths, comme en 2003, ce qui permettra de faire une comparaison plus détaillée. Plus de 510.000 jeunes (entre 15 ans et trois mois et 16 ans et deux mois) de 65 pays et territoires économiques ont pris part à l'édition 2012.
Il faut au minimum 150 établissements par pays pour pouvoir participer à l'enquête, sauf pour les «petits» pays comme le Liechtenstein ou l'Islande. Les listes des établissements sont données au moins un an à l'avance et sont actualisées au dernier moment pour s'assurer que les élèves sont toujours présents dans les établissements sélectionnés.
 
>> Performance des élèves: Comment la France peut-elle progresser?

11h09: Les principaux résultats de l'enquête Pisa
 
 
11h: La France au 25e rang pour les acquis en maths, 21e pour la compréhension en écrit
>> Lire les résultats de l'enquête Pisa et notre analyse

10h15: Le gouvernement a «recruté des étudiants à 8/20», selon Luc Chatel
L'ancien ministre UMP de l'Education Luc Chatel a accusé le gouvernement d'être «dogmatique sur l'égalitarisme» et d'avoir «recruté des étudiants à 8/20» pour honorer sa promesse de 60.000 professeurs supplémentaires. «Quand on sélectionne les professeurs à un niveau d'exigence plus élevé, on a de meilleurs résultats. Le gouvernement est en train de faire le contraire: au dernier concours, pour recruter les 60.000 postes supplémentaires, on a baissé la barre, on a recruté des étudiants à 8/20», a déclaré Luc Chatel sur France 2.
«Nous n'avions pas supprimé la formation, nous l'avions transféré à l'université», a rétorqué l'ancien ministre de l'Education du gouvernement Fillon au sujet de la suppression des IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres) conduite sous la majorité précédente.
 
10h10: Et vous sauriez-vous répondre à un problème du test?
Ce matin, sur BFMTV, le député UMP Laurent Wauquiez et Jean-Jacques Bourdin, eux, ont eu un peu de mal à trouver la solution à un problème mathématique:








.
Selon Le Parisien, le taux de réussite des Français à cette quesiton était de 59%, quand la moyenne de l'OCDE est de 48,8%.

L'OCDE publie ce mardi les résultats de l'enquête internationale Pisa sur les performances des élèves de 15 ans en 2012, des conclusions très attendues par les gouvernements pour mesurer l'efficacité de leur système éducatif et éclairer leurs choix.

Fin octobre, le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon avait affirmé que l'enquête Pisa révèlerait que les «écarts» en France entre les élèves qui réussissent et ceux qui sont en grande difficulté s'étaient «accrus dans des proportions qui sont inacceptables».