Ile-de-France: Combien vont vous coûter les transports en commun en 2014?

TRANSPORTS Les tarifs devraient augmenter en moyenne de 3% à partir de janvier 2014...

Mathieu Gruel
— 
Un usager des transports en commun parisien en train de recharger son passe Navigo.
Un usager des transports en commun parisien en train de recharger son passe Navigo. — VALINCO/SIPA

Et un et deux et 3%. C'est, en moyenne, l'augmentation prévue par le Syndicat des Transports d'Ile-de-France (Stif) pour ses tarifs version 2014. Une nouvelle tarification qui devrait être votée mercredi 11 décembre, mais que 20 Minutes a pu consulter. Ainsi, le Stif propose de passer le prix du carnet de 10 ticket+ de 13,30 euros à 13,70 euros, même s'il envisage, dans le même temps, de maintenir ceux du ticket d'accès à bord à 2 euros et du ticket t+ à 1,70 euro.

Quant aux forfaits longs, leur tarif devrait augmenter eux aussi du même pourcentage. Le Navigo mensuel (Zone 1-2) passerait alors de 65,10 euros à 67,10 euros. Il en va de même pour le forfait Imagine R, qui verrait son prix bondir de 315,30 euros (Zone 1-2) en 2013-2014 à 324,90 euros pour la période 2014-2015.

10,50 euros d’augmentation en 3 ans

Les forfaits courts ne devraient pas non plus être épargnés, avec des hausses de 3% proposées également pour les abonnements Mobilis et Ticket Jeune Week-end, ainsi que pour le forfait touristique Paris Visite (zones 1-5), qui donne accès aux dessertes des aéroports. A noter que le prix de la navette Orlyval devrait augmenter lui aussi, en passant de 8,70 euros à 9 euros. Quant au prix d’Orlybus, actuellement de 7,20 euros, il passerait à 7,50 euros et celui de Roissybus grimperait de 10 à 10,50 euros.

Avec de telles hausses, l'abonnement mensuel (zone 1-2) aura donc bondi de 10,5 euros en trois ans, passant de 56,60 euros en mai 2010, à 67,10 euros au 1er janvier 2014. Soit une hausse de 18,55% des tarifs. De quoi crisper les usagers, déjà en proie à un service qui a tendance à se dégrader, comme le martèle Valérie Pécresse, la chef de file de l’opposition au Conseil régional (lire ci-dessous).

Mais ce problème de ponctualité, notamment pour le RER, dont cinq des 13 lignes présentent en 2013 des résultats moins bons qu'en 2012, a également été pointé par Jean-Paul Huchon, président de la Région Ile-de-France.

Hausse de la TVA dans les transports

Un souci pour la Région, auquel pourrait s’ajouter la hausse de la TVA dans les transports, qui risque de grimper de 7 à 10% au 1er janvier 2014. «En fait, cette hausse annuelle des tarifs vise à l’anticiper», explique Pierre Serne (EELV), vice-président chargé des Transports au Conseil régional.

Même si une hausse de 5 à 6% aurait été préférable, pour pouvoir couvrir cette hausse de la TVA et les besoins de financements du Stif, Pierre Serne indique que «c’était juste intenable. On ne veut pas matraquer les usagers», explique-t-il, avant de reconnaître qu’«en moyenne, l’ensemble des tarifs va augmenter de 2,8% en 2014».

Pour assurer ses investissements, et combler les 100 millions de perte que représente la hausse de la TVA, le Stif devrait également actionner d’autres leviers. Comme celui de l’emprunt, ou en tablant sur un apport plus conséquent du versement transport. «Ce qui est sûr, c’est que nos besoins augmentent en moyenne de 3% par ans», détaille Pierre Serne.

Quelque 650 millions d’euros d’investissement sont ainsi prévus chaque année jusqu’en 2025. «C’est mécanique, la taille de notre réseau augmente, donc le budget ne va pas arrêter d’augmenter lui aussi.»