Nuits bleues en Corse en 2012: Cinq hommes mis en examen à Paris

JUSTICE Leur placement en détention a été requis...

20 Minutes avec AFP
— 
La ville de Corte, en Corse.
La ville de Corte, en Corse. — AFP PHOTO / PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Cinq hommes ont été mis en examen vendredi soir à Paris dans l'enquête sur deux «nuits bleues» en Corse en mai et décembre 2012, attentats revendiqués par le FLNC contre des résidences secondaires dans l'île, a annoncé le parquet.

Ces cinq hommes, âgés de 25 à 45 ans, comparaissaient en début de soirée devant un juge des libertés et de la détention. Le parquet a requis leur placement en détention.

En garde à vue, ils ont nié les faits, concédant être des sympathisants nationalistes mais réfutant toute appartenance à une organisation clandestine. Ils ont refusé d'en dire plus.

Placement en détention requis

Menée par le juge antiterroriste Gilbert Thiel, l'enquête concerne deux vagues d'attentats commis contre des résidences secondaires appartenant à des continentaux ou à des ressortissants étrangers. Ces attaques n'avaient pas fait de blessé.

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2012, une quinzaine d'attentats à l'explosif avait été dénombrée, ainsi que deux la nuit suivante. Une inscription FLNC avait alors été retrouvée. Des véhicules avaient également été visés.

La deuxième vague d'attentats avait eu lieu dans la nuit du 7 au 8 décembre 2012 et avait visé une vingtaine de résidences secondaires. Le FLNC avait invoqué dans sa revendication «une campagne contre la spéculation immobilière», présentant ses membres comme «les défenseurs d'une terre et non seulement de sa partie marchande».