La limitation de vitesse à 80km/h freinée par le Conseil national de la sécurité routière

SOCIETE Réuni ce vendredi matin, le CNSR ne votera pas la baisse des limitations de vitesse sur le réseau secondaire...

20 Minutes avec AFP
— 
Un radar installé à côté d'un panneau de signalisation limitant la vitesse à 90km/h.
Un radar installé à côté d'un panneau de signalisation limitant la vitesse à 90km/h. — PHILIPPE HUGUEN/AFP

Coup de frein sur une mesure impopulaire: la baisse des limitations de vitesse sur le réseau secondaire sera débattue vendredi lors de l'assemblée plénière du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) mais elle ne sera pas votée. La réduction de la vitesse maximale autorisée à 80km/h sur les routes où elle est limitée à 90km/h est préconisée par le Comité des experts du CNSR dans un rapport commandé par son président, le député socialiste Armand Jung. Ces dix-sept spécialistes estiment qu'une telle mesure permettrait d'épargner «350 à 400 vies» chaque année si elle s'appliquait sur l'ensemble du réseau concerné, et «210 à 240 vies» si elle n'était mise en place que dans les zones les plus dangereuses. «Près des deux tiers des accidents mortels ont lieu» sur le réseau secondaire, rappellent-ils dans leur texte.

Parmi les 51 membres du CNSR - organe de conseil du gouvernement qui regroupe élus, associations, entreprises et administrations - les partisans d'une baisse des limitations espéraient que la recommandation puisse être votée dès ce vendredi en assemblée plénière, afin qu'elle soit soumise rapidement à l'arbitrage du gouvernement. Mais les quatre commissions du CNSR n'ont pas toutes étudié cette proposition en amont, explique Chantal Perrichon, porte-parole de la Ligue contre la violence routière (LCVR). Le vote est, de fait, reporté à une date ultérieure.

La circulation interfiles bientôt autorisée aux motos?

Le Conseil National de la sécurité routière (CNSR) devra statuer ce vendredi sur d’autres mesures. La commission «Deux roues, deux-roues motorisées» propose l’expérimentation de la circulation «interfiles» pour les deux roues motorisées pendant deux ans, uniquement sur des portions d'autoroute volontaires, en cas d'embouteillage, et à condition que les motos ne roulent pas à plus de 50 km/h.

La commission «Alcool, stupéfiants, vitesse» recommande que les éthylotests anti-démarrage «soient envisagés de manière systématique» chez les conducteurs condamnés et qu'ils puissent être proposés «par les commissions médicales primaires du permis». L'installation d'un éthylotests anti-démarrage doit, selon elle, «être accompagnée d'un suivi des données» ou «monitoring».

La commission «Jeunes et éducation routière», élargie fin septembre à la demande de Manuel Valls pour plancher sur la réduction des délais d'attente entre deux examens du permis de conduire, présentera des «mesures d'urgence». Elle doit annoncer la création de 10.000 places d'examens supplémentaires dès décembre 2013, réclamer la stabilisation des effectifs d'inspecteurs et proposer d'inciter temporairement les inspecteurs à surveiller des examens du code supplémentaires le samedi ou faire appel pour cela à des inspecteurs récemment retraités.