Michelin: La suppression de 706 emplois à Joué-les-Tours enterinée

avec AFP

— 

Des salariés de l'usine Michelin de Joué-Lès-Tours, le 10 juin 2013.
Des salariés de l'usine Michelin de Joué-Lès-Tours, le 10 juin 2013. — T. ZOCCOLAN / AFP

Les syndicats SUD, CFDT et CGC ont signé ce mercredi un plan social prévoyant la suppression de 706 emplois sur le site Michelin de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), lors d'un comité central d'entreprise sur place, a-t-on appris auprès de ces syndicats.

La CGT n'a pas pris part au vote, lequel entérine un accord conclu le 18 novembre avec les syndicats signataires. Le plan prévoit la suppression de 706 postes sur 906, dans le cadre d'un arrêt programmé de la production de pneus poids-lourds dans l'Indre-et-Loire. Un plan social avait déjà touché l'usine Michelin de Joué-Les-Tours en 2009, avec la suppression de quelque 340 postes sur 1.300.

«C'est le moins pire des accords»

Cet accord conclut trois mois de négociations émaillés par plusieurs grèves et un blocus de l'usine entre le 8 et le 21 octobre.

Le secrétaire du comité d'établissement Olivier Coutant (SUD) a réagi après le CCE: «Ca ne nous convient jamais d'avoir à signer des suppressions d'emploi. Mais c'est le moins pire des accords. 85% à 90% des salariés l'avaient approuvé.»

De son côté, le président du groupe Michelin, Jean-Dominique Sénard, a assuré: «J'ai le sentiment que nous avons passé une étape difficile». Le dirigeant s'est dit «heureux» que l'accord soit signé. «Il est l'expression de ce que doit être le dialogue social en France où les uns et les autres expriment leurs revendications et au bout compte arrive un accord», a-t-il dit.